Irak: Les forces gouvernementales ont repris le gouvernement provincial et un deuxième pont à Mossoul

CONFLIT Les forces irakiennes mènent depuis la mi-février une vaste opération pour reprendre l’ouest de Mossoul...

20 Minutes avec AFP

— 

Les forces armées sont en lutte contre Daesh près de Mossoul, en Irak
Les forces armées sont en lutte contre Daesh près de Mossoul, en Irak — ARIS MESSINIS / AFP

Les forces irakiennes progressent face à Daesh. Elles ont repris le siège du gouvernement provincial et un deuxième pont à Mossoul, dernier bastion des djihadistes de l’organisation de l’Etat islamique (EI) en Irak, a annoncé ce mardi le commandement conjoint des opérations.

>> A lire aussi : Plus de 45.000 déplacés dans la bataille pour reprendre l'ouest de Mossoul à Daesh

« Les héros de la police fédérale et des forces d’intervention rapide (FIR) ont libéré le bâtiment du gouvernement de la province de Ninive et contrôlent un deuxième pont », celui d’Al-Hourriyah, a indiqué dans un communiqué le commandement militaire qui coordonne la lutte anti-EI en Irak.

L’est et l’ouest de Mossoul bientôt reliés ?

Les forces irakiennes mènent depuis la mi-février une vaste opération pour reprendre l’ouest de Mossoul, après la reconquête fin janvier des quartiers est de la deuxième ville du pays.

La ville de Mossoul, capitale de la province de Ninive (nord), est coupée en deux par le fleuve Tigre, qui est enjambé par cinq ponts, tous endommagés ou détruits.

>> A lire aussi : Où en est la bataille pour reprendre Mossoul ?

Les deux ponts repris par les forces irakiennes pourraient toutefois être réparés afin d’établir un lien direct entre l’est et l’ouest de la métropole.

Plus de 50.000 déplacés

Les combats dans l’ouest de la ville ont entraîné le déplacement de plus de 50.000 personnes, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Mais la majeure partie des quelque 750.000 habitants de cette partie sont pour l’heure restés sur place, où ils manquent de nourriture et de soins.

>> A lire aussi : Près de Mossoul, le «Youth center» détourne les ados isolés du recrutement des milices armées