Immigration: Polémique après l'interdiction d'entrée d'une canadienne aux Etats-Unis

CANADA Nouveau couac dans l’application du décret migratoire de Donald Trump…

N. Se. avec AFP

— 

Illustration de l'aéroport d'Ottawa, Canada.
Illustration de l'aéroport d'Ottawa, Canada. — Cole Burston / AFP

Une canadienne de 30 ans, habituée de courts séjours d’agrément aux Etats-Unis, a été refoulée dimanche à la frontière sous prétexte qu’elle n’avait pas de visa et après avoir été interrogée pendant six heures.

>> A lire aussi : VIDEO. Washington songe à séparer les enfants clandestins de leurs parents

Une interdiction d’entrée sur le territoire américain qui a tourné à la polémique lundi au parlement canadien. Le chef du Nouveau parti démocratique, Thomas Mulcair, a vivement interpellé le Premier ministre Justin Trudeau en lui demandant de « prendre position contre la politique raciste des Etats-Unis ». Selon les accords entre les deux pays, un ressortissant canadien est dispensé de visa pour entrer aux Etats-Unis et inversement.

Pour ce responsable politique, la douane américaine applique arbitrairement des interdictions d’entrée liées aux origines. Domiciliée à Montréal, la jeune femme, Manpreet Kooner, est née au Canada de parents indiens.

Justin Trudeau a répondu que son gouvernement travaillait en collaboration avec l’administration américaine afin d’assurer aux frontières « un endroit où les Canadiens et où les biens et services, peuvent transiter efficacement et rapidement ».

Une affaire rocambolesque

Une réponse qui n’a pas satisfait Thomas Muclair : « Nous ne parlons pas de biens et services. Nous parlons d’une citoyenne canadienne née au Canada, refoulée illégalement à la frontière américaine ». A la fin de son interrogatoire, il a été demandé à la jeune femme d’aller chercher un visa d’entrée auprès des services consulaires américains à Ottawa. Manpreet Kooner s’y est rendue lundi mais l’ambassade américaine s’est révélée impuissante… puisqu’elle n’a pas besoin de visa.

Un douanier américain aurait avoué comprendre que Kooner puisse penser être la victime de la politique de Donald Trump, selon son témoignage à la télévision publique CBC.