Immigration: Donald Trump va signer, ce lundi, une nouvelle version de son décret

POLITIQUE La version précédente, signée le 27 janvier, visait à fermer les frontières pendant plusieurs mois aux ressortissants de sept pays musulmans et à tous les réfugiés...

20 Minutes avec AFP

— 

Le président américain Donald Trump
Le président américain Donald Trump — NICHOLAS KAMM / AFP

La justice américaine a suspendu son décret anti-immigration ? Qu’à cela ne tienne, Donald Trump signera, ce lundi, une nouvelle version de ce tacte. « Un nouveau décret aujourd’hui », a annoncé sa conseillère Kellyanne Conway, lors d’une interview sur la chaîne Fox News, ajoutant que la date d’entrée en vigueur serait le 16 mars.

La version précédente, signée le 27 janvier, visait à fermer les frontières pendant plusieurs mois aux ressortissants de sept pays musulmans et à tous les réfugiés. Un juge fédéral avait suspendu son application le 3 février.

L’Irak retiré de la liste

Principal changement : l’Irak ne fait plus partie des pays frappés d’une interdiction totale.

>> A lire aussi : Le décret anti-immigration de Donald Trump aurait pu entraîner l'expulsion de sa femme

« L’Irak n’est plus sur la liste, en raison de leurs procédures de vérification renforcées et de leurs mesures de transmission d’informations », a expliqué Kellyanne Conway.

La conseillère n’a pas confirmé si les six autres pays initialement visés (l'Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et le Yémen) l’étaient toujours, ni si d’autres pays étaient inclus dans la nouvelle liste.

Les Syriens traités comme les autres réfugiés

Mais les résidents permanents aux Etats-Unis (cartes vertes), ainsi que les détenteurs de visas, seraient explicitement protégés du nouveau décret, a-t-elle ajouté.

Enfin, Kellyanne Conway a indiqué que les réfugiés syriens seraient désormais traités comme les autres réfugiés. Dans le décret initial, Donald Trump avait voulu suspendre l’accueil des réfugiés pendant 120 jours, mais pour une durée indéfinie pour les Syriens.

>> A lire aussi : La Maison Blanche dément qu'elle envisage de militariser la traque des sans-papiers

Aucune heure n’a été donnée par la Maison-Blanche pour la signature du décret par Donald Trump.