Israël: Benjamin Netanyahou fait interdire une rue Yasser Arafat

POLITIQUE Une localité arabe d’Israël avait nommé une rue Yasser-Arafat, jusqu’à ce que Benjamin Netanyahou soit au courant…

20 Minutes avec AFP

— 

Benjamin Netanyaou refuse qu'une rue soit baptisée « Yasser Arafat » sur le territoire israélien (Illustration).
Benjamin Netanyaou refuse qu'une rue soit baptisée « Yasser Arafat » sur le territoire israélien (Illustration). — ASHRAF AMRA/APA IMAGES/SIPA

Le leader historique palestinien n’aura pas son nom affiché dans cette rue de la petite ville de Jatt, en Israël. Dimanche, Benjamin Netanyahou, premier ministre de l'Etat hébreu, a annoncé qu’il allait interdire à une localité arabe de donner à une rue le nom de Yasser Arafat. « En Israël, on ne donnera pas le nom d’une rue à des assassins d’Israéliens et de juifs », a-t-il vivement réagi lors du conseil des ministres.

« Nous prendrons les mesures nécessaires »

Une rue Yasser-Arafat a été récemment inaugurée à Jatt (nord), où vivent des Arabes Israéliens, les descendants des Palestiniens restés sur leur terre à la création d’Israël et qui constituent aujourd’hui 17,5 % de la population.

« On ne peut pas permettre qu’il y ait des rues portant le nom de Yasser Arafat ou du hajj Amin al-Husseini et d’autres », a-t-il ajouté, faisant référence au grand mufti de Jérusalem, héros de la révolte palestinienne de 1936 contre le mandat britannique, et accusé par les Israéliens d’avoir conclu une alliance avec l’Allemagne nazie. « Nous prendrons les mesures nécessaires, une loi même s’il le faut, pour que cela n’arrive pas », a-t-il précisé.

Mohammed Taher Wattab, maire de Jatt qui compte 11.000 habitants, a justifié à la radio militaire israélienne le choix de sa localité. « Yasser Arafat a signé un accord de paix avec Israël et il est dommage que le Premier ministre éprouve le besoin de perdre son temps sur le nom d’une rue d’une petite localité comme la nôtre », a-t-il dit. « Nous agirons selon la loi, selon les avis juridiques que nous allons prendre ».

Les plaques seront retirées

Yasser Arafat, alors chef de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a conclu en 1993les accords d’Oslo avec Israël sur une autonomie palestinienne transitoire. Bien qu’il ait reçu le prix Nobel en 1994, il a ensuite été présenté par les dirigeants israéliens comme responsable du déclenchement de la deuxième Intifada (2000-2005) au cours de laquelle quelque 3.000 Palestiniens et un millier d’Israéliens ont été tués.

>> À voir aussi: Mort de Shimon Peres, ancien président et prix Nobel de la paix

Dimanche soir, le conseil local de Jatt a décidé d’enlever « toutes les plaques de rue controversées », y compris celle au nom d’Arafat, et de les remplacer par des noms différents, selon une information de la chaîne privée de télévision Channel 10.