Italie: Quand les journalistes comparent François Fillon à Silvio Berlusconi

POLITIQUE Les médias transalpins dressent un parallèle entre les deux politiciens, dans leur façon de dénigrer la justice et de se poser en victimes...

20 Minutes avec agence

— 

François Fillon rencontre Silvio Berlusconi au palais Chigi à Rome (Italie), le 19 septembre 2008.
François Fillon rencontre Silvio Berlusconi au palais Chigi à Rome (Italie), le 19 septembre 2008. — ALESSANDRA TARANTINO/AP/SIPA

Les journalistes italiens sont coutumiers des dirigeants politiques empêtrés dans leurs déboires avec la justice, depuis l’arrivée au pouvoir de Silvio Berlusconi en 1994. Et ils n’hésitent pas cette semaine à dresser, avec beaucoup d’humour, un parallèle entre leur ancien président du Conseil des ministres et le candidat à la présidentielle française François Fillon (LR).

>> A lire aussi : Rubygate, corruption, pot-de-vin... Les affaires qui impliquent Berlusconi

Populisme anti-juges

L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, qui devrait le 15 mars être mis en examen en France, a dénoncé mercredi un « assassinat politique » et assuré qu’il ne renoncerait pas à briguer la présidence de la République. La comparaison est d’autant plus facile qu’à 80 ans, Silvio Berlusconi n’a pas abandonné l’espoir de remporter de nouvelles élections, alors qu’il est toujours mis en cause dans plusieurs affaires judiciaires.

Les médias transalpins ont cependant relevé d’autres points communs entre les deux politiciens. Notamment la façon dont ils contestent les actions judiciaires de leurs pays respectifs à leur égard. « Fillon, qui faisait le moraliste, imite désormais le populiste Berlusconi anti-juges », analyse le média en ligne Blitz.

>> A lire aussi : Présidentielle : De Fillon à Le Pen, le discours anti-médias et anti-juges gagne du terrain

« Défense à la Berlusconi »

Pour La Repubblica, en se présentant comme une « victime des juges communistes » et des « médias », Silvio Berlusconi n’était pas si éloigné de François Fillon qui compare sa situation à « un assassinat politique », « un complot judiciaire et médiatique ».

L’opinion publique italienne s’intéresse beaucoup à l’actualité politico-judiciaire française sur les réseaux sociaux, note RFI. En France non plus, les similitudes ne sont pas passées inaperçues. La plateforme vidéo Brut a opté pour la preuve par l’image avec un montage qui met en avant la « défense à la Berlusconi » de François Fillon.

>> A lire aussi : Rapidité, «enquête à charge»... François Fillon fait-il vraiment l'objet d'un traitement judiciaire inéquitable?