Bizutage en Belgique: Quatre étudiants reconnus coupables après avoir forcé une Française à boire dix litres d'eau

JUSTICE Les faits s'étaient produits en septembre 2013 lors d’un week-end organisé par les membres de son cercle étudiant...

20 Minutes avec agences

— 

Soirée alcoolisée d'étudiants.
Soirée alcoolisée d'étudiants. — DURAND FLORENCE/SIPA

Ils avaient contraint, en septembre 2013, une étudiante française à ingurgiter 10 litres d’eau lors d’un bizutage. Quatre étudiants belges ont été reconnus ce mardi coupables de « coups et blessures involontaires » par le tribunal correctionnel de Marche (Belgique), a rapporté l’agence Belga.

Cinq jeunes étaient poursuivis mais l’un d’eux a été relaxé. Les quatre étudiants ne purgeront cependant ni peines de prison, ni peines de travail. Ils ont en effet bénéficié de la « suspension du prononcé », un acte propre au droit belge utilisé lorsqu’un juge estime que les faits sont établis mais qu’il n’est pas nécessaire de prononcer de peine.

>> A lire aussi : Comment les établissements tentent de lutter contre le bizutage?

L’étudiante victime d’un œdème cérébral

De son côté, le procureur avait, lors de son réquisitoire, réclamé des peines de travail. Les étudiants étaient également poursuivis pour « traitements inhumains » mais le tribunal a jugé que cette prévention n’était pas établie car « cela aurait impliqué que les prévenus posent des actes volontairement et en connaissance de cause pour amener la victime à se retrouver dans cet état ».

L’étudiante originaire de Saint-Etienne (Loire) et inscrite à la faculté vétérinaire de l’Université de Liège avait été victime d’un œdème cérébral après avoir participé à une activité de « baptême » dans la région de Marche.

>> A lire aussi : La Belgique exclut d'interdire les «baptêmes» étudiants

Elle avait choisi de ne pas consommer d’alcool lors d’un week-end organisé par les membres de son cercle étudiant. Après avoir dû boire une importante quantité d’eau, elle avait été hospitalisée dans un état grave mais avait ensuite pu reprendre ses études. L’affaire avait alors suscité une polémique entre la France et la Belgique.