Qui est Lee Jae-Yong, l'hériter Samsung mis en examen pour corruption?

TECHNOLOGIES il avait repris les rênes de Samsung Electronics en 2014 depuis qu'une attaque cardiaque avait foudroyé son père cette année-là...

D.B.
— 
 Lee Jae-Yong, l'héritier de l'empire Samsung.
Lee Jae-Yong, l'héritier de l'empire Samsung. — Ahn Young-joon/AP/SIPA

Il fait la Une de tous les médias, alors qu’il était encore inconnu du grand public il y a quelques jours. Lee Jae-Yong, l’héritier de l’empire Samsung a été mis en examen ce mardi pour corruption, avec quatre autres cadres dirigeants du groupe. 20 Minutes fait le point sur ce que l’on sait de cet homme mystérieux.

A 48 ans, il est le vice-président de Samsung Electronics, le navire-amiral du premier fabricant mondial de smartphones. Il est le fils du président et le petit-fils du fondateur de la société. Avec une fortune estimée à près de 8 milliards de dollars, il est la troisième personne la plus riche de Corée du Sud.

Surdiplômé mais pas convaincant

Diplôme en histoire de l’Asie orientale de l’Université nationale de Séoul, Lee Jae-Yong est aussi titulaire d’un MBA décroché à l’université japonaise de Keio et diplômé de la Harvard Business School. Il est entré dans le groupe chez Samsung en 1991. En 2001, il lance le projet « e-Samsung », qui consistait à réorienter la stratégie du groupe autour du développement de logiciels. Mais le projet a échoué et s’est soldé par une perte de 20 milliards de wons (16 millions d’euros).

En 2012, Lee Jae-Yong a été nommé vice-président de Samsung Electronics, mais il est devenu le patron de facto de Samsung après la crise cardiaque de son père en 2014 qui l’a plongé dans le coma. Un défi pour celui qui était chargé de gérer les secousses provoquées par le fiasco des Galaxy Note 7, qui s’est embrasé à plusieurs reprises. Et réorganiser en profondeur le conglomérat sud-coréen. L’homme n’a d’ailleurs pas convaincu pour l’heure, notamment à cause de la mauvaise gestion de crise du Galaxy Note 7 qui lui a coûté cher. Samsung Electronics reste le plus grand producteur de smartphones de la planète, mais sa domination de ce marché et de l’électronique grand public ne va cesser de s’effriter

Un homme discret 

L’homme n’a pas non plus brillé dans les médias. Décrit comme discret, Lee Jae-Yong ne s’exprime pas en public et n’a jamais accordé d’entretien à la presse. Mais depuis quelque temps, ses ennuis judiciaires l’ont mis sur le devant de la scène. Il avait déjà été placé en détention provisoire le 17 février et vient donc d’être mis en examen « pour corruption, abus de biens sociaux, dissimulation d’actifs à l’étranger et parjure ». Il est accusé entre autres d’avoir versé près de 40 millions de dollars de pots-de-vin à la confidente de l’ombre de la présidente Park Geun-Hye, en contrepartie de faveurs politiques. Le capitaine d’industrie dément pour l’heure toutes les charges qui pèsent sur ses épaules. Mais son histoire continue de fasciner les médias du monde entier.