Etats-Unis: George W. Bush critique les attaques de Trump contre les médias

MAISON-BLANCHE « J’estime que les médias sont indispensables à la démocratie », a notamment déclaré l’ex-président américain…

20 Minutes avec AFP

— 

George W. Bush, le 25 avril à Dallas.
George W. Bush, le 25 avril à Dallas. — BRENDAN SMIALOWSKI AFP

Les critiques viennent désormais de son propre camp. L’ancien président américain George W. Bush a indirectement critiqué les virulentes attaques de Donald Trump contre la presse, lors de très rares commentaires publics sur la politique et les médias.

Le 43e président des Etats-Unis – qui n’a pas été épargné par les médias pendant ses huit ans à la Maison-Blanche – ne partage pas le point de vue de son successeur qui voit dans la presse « un ennemi du peuple américain ».

« Les médias sont indispensables »

« J’estime que les médias sont indispensables à la démocratie. Les médias sont indispensables pour que des gens comme moi aient à rendre des comptes », a dit l’ancien président lors d’une rare interview sur NBC.

George W. Bush, qui publie un livre consacré à ses peintures, a souligné que « le pouvoir peut être très addictif et corrosif, et il est très important que les médias demandent des comptes à ceux qui abusent du pouvoir ». Il a également estimé que les critiques systématiques visant les médias américains minaient les efforts des Etats-Unis de promotion de la démocratie et d’ une presse libre à l’étranger.

>> A lire aussi : La Maison-Blanche empêche plusieurs médias d'assister à un briefing

Depuis son investiture, Donald Trump se livre à des attaques sans relâche contre les principaux médias américains qu’il accuse de partialité et de répandre des fausses nouvelles. Au fur et à mesure de révélations sur les dysfonctionnements au sein de la Maison-Blanche, les attaques du président se sont faites plus violentes et plus directes, sur Twitter, mais aussi à l’occasion de grands discours. Stephen Bannon, l’un des plus proches conseillers du président, a d’ailleurs pour habitude de qualifier la presse de « parti de l’opposition ».