Les Farc libèrent l'ex-assistante de Betancourt

Armelle Le Goff - ©2007 20 minutes

— 

La guérilla colombienne des Farc a donné l'ordre de libérer un groupe d'otages, parmi lesquels figure Clara Rojas, ex-collaboratrice d'Ingrid Betancourt, selon un communiqué publié hier par l'agence de presse cubaine Prensa Latina. Clara Rojas avait été enlevée en février 2002, en même temps que la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt, ex-candidate à la présidence de la Colombie, dont elle était l'assistante. « Cette libération est une très bonne nouvelle, c'est un premier pas, déclarait hier sur France 2 Fabrice Delloye, ex-mari d'Ingrid Betancourt. C'est la première fois que les Farc font un geste unilatéral en six ans. Cela prouve qu'ils ont compris les messages qui leur ont été adressés, notamment par Nicolas Sarkozy. Ils sont disposés à négocier. »

La guérilla a également annoncé la libération du fils de Clara Rojas, Emmanuel, conçu lors de sa captivité, ainsi qu'un troisième otage, selon ce communiqué daté de Bogota mais diffusé à La Havane. « L'ordre de les libérer en Colombie a déjà été donné », déclare ce texte signé par le secrétariat des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), l'organe de direction de la guérilla marxiste. Les Farc affirment qu'il s'agit d' « un geste de reconnaissance envers les familles des otages », ainsi qu'envers le président vénézuélien Hugo Chavez et la sénatrice colombienne d'opposition Piedad Cordoba, anciens médiateurs dans le dossier des otages.