Irak: Où en est la bataille pour reprendre Mossoul ?

ETAT ISLAMIQUE En chassant Daesh de la deuxième ville d’Irak, l’armée irakienne espère porter un coup fatal au groupe qui avait proclamé en 2014 un « califat » à cheval sur l’Irak et la Syrie…

20 Minutes avec AFP
— 
Un soldat de l'armée irakienne, assis sur le toit de son humvee, le 10 janvier 2017 dans l'est de Mossoul.
Un soldat de l'armée irakienne, assis sur le toit de son humvee, le 10 janvier 2017 dans l'est de Mossoul. — Dimitar DILKOFF / AFP

La bataille de Mossoul, lancée le 17 octobre 2016, vient de prendre un nouveau tournant. Les forces irakiennes soutenues par l’aviation de la coalition internationale ont enfoncé ce vendredi les lignes du groupe djihadiste Daesh dans l’ouest de la ville, progressant rapidement dans la bataille pour la reconquête de la deuxième ville d’ Irak.

La partie orientale, séparée de la partie occidentale par le fleuve Tigre, avait déjà été « libérée » des combattants de Daesh fin janvier, trois mois après le début d’une vaste offensive pour reconquérir la cité septentrionale aux mains des djihadistes depuis juin 2014.

Dates clés et données sur la bataille de Mossoul.
Dates clés et données sur la bataille de Mossoul. - Alain BOMMENEL, Sabrina BLANCHARD

Les derniers djihadistes encerclés de toutes parts

Dans l’ouest de Mossoul, la bataille s’annonce difficile avec des ruelles étroites et des djihadistes mieux implantés et tentés de recourir aux civils comme boucliers humains. Quelque 2.000 djihadistes s’y trouvent, selon le renseignement américain et ils sont encerclés de toutes parts.

Carte montrant l'avancée des forces irakiennes contre l'EI à Mossoul avec les points clés de la ville et les quartiers repris.
Carte montrant l'avancée des forces irakiennes contre l'EI à Mossoul avec les points clés de la ville et les quartiers repris. - Sophie RAMIS, Thomas SAINT-CRICQ, Paz PIZARRO

L’ONU et les ONG s’inquiètent pour les 750.000 habitants de Mossoul-Ouest. Parmi eux, environ 350.000 enfants, âgés de moins de 18 ans, « sont pris au piège dans la partie ouest de Mossoul et les conséquences des bombardements […] dans ces rues étroites et densément peuplées risquent d’être plus meurtrières que tout ce que nous avons connu jusque-là dans ce conflit », a mis en garde le même jour Save the Children. Leurs conditions de vie sont de plus en plus difficiles dans cette zone désormais coupée de l’extérieur et privée d’approvisionnement.