Accusé d'avoir défendu la pédophilie, Milo Yiannopoulos démissionne de Breitbart News

MEDIAS L'éternel provocateur est lâché de toute part après ses propos controversés sur la sexualité...  

P.B. avec AFP

— 

Le journaliste Milo Yiannopoulos annonce sa démission du site Breitbart News, le 21 février 2017.
Le journaliste Milo Yiannopoulos annonce sa démission du site Breitbart News, le 21 février 2017. — Seth Wenig/AP/SIPA

La polémique de trop pour un grand provocateur. Milo Yiannopoulos, un rédacteur de Breitbart News et grand défenseur de Donald Trump, a annoncé mardi sa démission du site d’informations d’extrême droite après la controverse suscitée par de récents propos ambigus sur la pédophilie.

Le journaliste britannique trentenaire, figure de l'« alt-right », ce mouvement américain en faveur des Blancs et contre le politiquement correct qui a propulsé Donald Trump au pouvoir, a annoncé lors d’une conférence de presse à New York qu’il démissionnait, « avec effet immédiat », expliquant : « Je ne veux pas que mon choix de mots malheureux vienne ternir la réputation de mes collègues. »

Relations sexuelles entre des « garçons plus jeunes et des hommes plus vieux »

Yiannopoulos se trouve dans la tourmente pour des propos tenus il y a un an dans un podcast, qui ont refait surface la semaine dernière. « Il y a des individus qui sont capables de donner leur consentement à un plus jeune âge (…) dans le monde homosexuel, notamment. Certaines de ces relations entre entre des garçons plus jeunes et des hommes plus vieux, les aident à découvrir qui ils sont », argumente Yiannopoulos, qui estime qu’il était « mur à 13 ans ».

Il a expliqué par la suite qu’il a lui-même été victime d’attouchements sexuels, et s’est excusé pour le choix du terme « boy », qui, selon lui, désigne dans la communauté homosexuelle « un jeune homme qui a l’âge du consentement ». Mais de nombreux conservateurs y ont vu une apologie de la pédophilie. Alex Marlow, rédacteur en chef de Breitbart News depuis le départ de Steve Bannon, a jugé que ses propos étaient « indéfendables ».

Son livre annulé pourrait trouver un nouvel éditeur

Pour Yiannopoulos, il s’agit d’une semaine noire. Lundi, il a été désinvité du forum conservateur CPAC et il a perdu un deal à 250.000 dollars avec l’annulation de la parution de son livre Dangerous par Simon et Schuster.

Est-ce la fin pour ce troll, déjà banni de Twitter pour avoir, selon l’entreprise, encouragé ses followers à harceler l’actrice Leslie Jones ? Sans doute pas. Sur les 15.000 commentaires de l’article de Breitbart News annonçant sa démission, il reçoit de nombreux messages de soutien, ainsi que quelques invitations dans des émissions radio. Il indique également sur Facebook qu’il donnera « bientôt des nouvelles » et devrait annoncer un « nouvel éditeur et une tournée promotionnelle ». Milo, victime sacrificielle du politiquement correct, c’est plutôt vendeur.