Allemagne: La poupée connectée «Mon amie Cayla» retirée de la vente

HIGH-TECH « Mon amie Cayla » serait susceptible de permettre l'espionnage des enfants et l'échange d'enregistrements d'images ou de sons à l'insu des parents...

20 Minutes avec agences

— 

Présentation du jouet connecté "Mon amie Cayla" dans une publicité vidéo le 2 mai 2016 (capture d'écran YouTube).
Présentation du jouet connecté "Mon amie Cayla" dans une publicité vidéo le 2 mai 2016 (capture d'écran YouTube). — King Jouet Channel

L’Agence fédérale des réseaux allemands a annoncé ce vendredi que la poupée connectée « Mon amie Cayla » était désormais interdite à la vente dans le pays.

Objectif de la mesure : protéger les enfants d’un éventuel espionnage rendu possible par le jouet.

Un danger pour la vie privée ?

Les jeux qui permettent d’enregistrer des images ou des paroles des enfants sont interdits en Allemagne, afin d’éviter que ces données ne soient échangées sans le contrôle des parents ou que les enfants ne soient contactés par des entreprises.

« Les objets, qui dissimulent des caméras et des micros et donc peuvent transférer des données sans qu’on le remarque, mettent en danger la vie privée des gens. Cela vaut aussi pour les jouets », a déclaré Jochen Homann, le président de l’agence.

>> A lire aussi : Jouets connectés: Des «espions» en herbe, selon les associations de défense des consommateurs

« Rendre la poupée inoffensive »

Cette poupée intelligente de 46 centimètres entre bien dans la catégorie de ces jouets interdits. « Mon amie Cayla » fonctionne via une appli pour smartphone, répond à des questions basiques et raconte des histoires.

Si l’Agence fédérale des réseaux en appelle à la « responsabilité » des parents dont les enfants possèdent un exemplaire de « mon amie Cayla » et demande à ces derniers de « rendre la poupée inoffensive », l’autorité ne donne aucune précision quant à la destruction ou la désactivation du jouet.

>> A lire aussi : Bordeaux: Une start up reconnecte le jouet en bois à son époque