Le troll Milo Yiannopoulos nie avoir fait l'apologie de la pédophilie

ETATS-UNIS Le provocateur, figure du mouvement «alt right», est dans la tourmente après des propos controversé sur la sexualité  

Philippe Berry

— 

Le contributeur de Breitbart News, Milo Yiannopoulos, le 31 janvier 2017.
Le contributeur de Breitbart News, Milo Yiannopoulos, le 31 janvier 2017. — David Middlecamp/AP/SIPA

Milo Yiannopoulos est allé trop loin. Le contributeur de Breitbart News, qui a fait de la provocation sa marque de fabrique, avait déjà été suspendu par Twitter après la campagne de harcèlement contre l’actrice Leslie Jones. Lundi, il a été désinvité par les organisateurs de l’influent forum conservateur américain CPAC. Et l’éditeur Simon & Schuster a annulé la sortie de son livre Dangerous. La raison : une polémique sur des propos de cette figure du mouvement alt-right, qui a défendu sur un podcast la légalité des relations sexuelles entre « des garçons plus jeunes et des hommes plus vieux ».

« Il y a des individus qui sont capables de donner leur consentement à un plus jeune âge (…) dans le monde homosexuel, notamment. Certaines de ces relations entre entre des garçons plus jeunes et des hommes plus vieux, les aident à découvrir qui ils sont », argumente Yiannopoulos. « Ça ressemble beaucoup aux abus de l’Eglise catholique », l’interrompt un invité. « Je suis reconnaissant au père Michael, sans lui, je ne ferais pas d’aussi bonnes fellations », répond Yiannopoulos avec son sarcasme habituel. Il parle ensuite de son expérience personnelle, indiquant qu’il était « mûr » à 13 ans pour donner son consentement.

Un deal à 250.000 dollars annulé

Après 48 heures de polémique, les organisateurs de la Conservative Political Action Conference, à laquelle participera notamment Donald Trump, ont annoncé qu’ils avaient désinvité Yiannopoulos « après l’émergence d’une vidéo qui fait l’apologie de la pédophilie ». Le forum défend la liberté d’expression mais il n’y a pas de désaccord chez nos membres pour dénoncer les abus sexuels contre les enfants ».

Milo Yiannopoulos, qui a débuté dans le journalisme high-tech au Royaume-Uni avant de devenir une figure centrale du site d’actualité d’extrême droite Breitbart News, a réaffirmé « son dégoût absolu » de la pédophilie. Celui dont la venue avait provoqué des émeutes à l’université de Berkeley récemment, indique avoir utilisé par erreur le terme « garçon » et réaffirme qu’il ne parlait que de son « expérience personnelle » à 13 ans.

Cela n’a pas suffi. Dans la foulée, l’éditeur Simon & Schuster a annulé la sortie de son livre Dangerous, prévu en juin, pour lequel il devait toucher une avance de 250.000 dollars, selon la presse américaine. Même pour un troll, une controverse n’a pas toujours que du bon.