Irak: Rachid Kassim, recruteur français de Daesh, aurait été abattu par un raid de la coalition à Mossoul

TERRORISME Son ombre plane sur de nombreuses affaires de terrorisme en France...

H. B.
— 
Rachid Kassim, propagandiste de Daesh, dans une vidéo du 20 juillet 2016.
Rachid Kassim, propagandiste de Daesh, dans une vidéo du 20 juillet 2016. — CAPTURE ECRAN

L’un des djihadistes français les plus recherchés au monde serait mort. Rachid Kassim, le recruteur francophone de Daesh, aurait été abattu par un drone américain de la coalition internationale près de Mossoul en Irak, selon une information des services secrets américains transmise à la DGSE, les services secrets français.

Les autorités françaises et américaines sont en train de vérifier le sort du djihadiste, mais des sources des deux côtés de l'Atlantique ont indiqué qu'il était probablement mort dans la frappe le visant.

Le Pentagone a annoncé vendredi que Rachid Kassim avait été «visé» par une frappe de la coalition près de Mossoul, en Irak, survenue «ces dernières 72 heures». «Nous sommes en train d'évaluer les résultats» du bombardement, a ajouté le porte-parole du Pentagone Adrian Rankine-Galloway. Il ne s'est pas prononcé sur le sort de Rachid Kassim, mais un autre responsable militaire américain a indiqué à l'AFP que le djihadiste était «probablement» mort dans la frappe.

A Paris, un haut responsable de la lutte anti-terroriste, qui a requis l'anonymat, a lui aussi affirmé que Rachid Kassim avait probablement été tué. «Nous n'avons pas de confirmation absolue, mais une probable certitude», a-t-il déclaré. Une autre source française avait indiqué que des «vérifications» étaient en cours sur le sort du djihadiste.

Le nom de Rachid Kassim est tristement connu par les enquêteurs français. Bonbonnes de gaz à Paris, Magnanville, Nice, Saint-Etienne-du-Rouvray… Son ombre plane sur de nombreuses affaires de terrorisme. Le terroriste de 29 ans, originaire de Roanne (Loire) s’est fait connaître du grand public le 20 juillet dernier, dans une vidéo de propagande de l’organisation Etat islamique (EI).

Il y félicitait Mohamed Lahouej Bouhlel, le terroriste qui a tué 86 personnes sur la Promenade des Anglais à Nice, avant d’être abattu par la police. Il s’était ensuite fait filmer en train de décapiter un otage, tout en proférant des menaces envers la France. Le nom de Rachid Kassim était également apparu dans l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine Maritime), qui avait coûté la vie au prêtre Jacques Hamel le 26 juillet.

Au cours d'une enquête au long cours diffusée récemment, des journalistes de l'émission télévisée Envoyé Spécial se sont faites passer pour des jeunes filles radicalisées et ont contacté Rachid Kassim. «Au niveau des actions que tu voudrais faire, il y en a deux», leur a-t-il lancé dans un message audio: «Soit tu essaies de venir ici, soit tu fais un truc de ouf là-bas, si tu vois ce que je veux dire».