Belgique: Des salariés acceptent de se faire implanter une puce électronique dans la main

HIGH-TECH Objectif de ce dispositif ? Passer la porte de l'entreprise ou activer leur ordinateur sans leur badge...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration: la main d'un homme.
Illustration: la main d'un homme. — Natacha Pisarenko/AP/SIPA

Huit salariés d’une entreprise belge ont accepté de recevoir une puce électronique implantée dans leur corps. De la taille d’un grain de riz, elle est placée sous la peau de leur main. Grâce au dispositif, les volontaires pourront maintenant ouvrir la porte d’entrée de l’entreprise ou activer leur ordinateur sans badge.

L’idée ne fait pas l’unanimité

C’est par souci de pragmatisme que les dirigeants de Newfusion en sont venus à proposer les implants. « L’idée a germé après que plusieurs employés ont perdu leurs badges. Ici l’identification est 'sous-cutanée', vous l’avez toujours avec vous ! », explique à la RTBF Tim Pauwels, l’un des patrons. Cette puce qui contient des données personnelles du salarié coûte 100 euros, à la charge de l’entreprise.

Si les volontaires sont satisfaits du procédé, ça n’est pas le cas du président de la ligue des Droits de l’Homme belge, Alexis Deswaef qui pointe un risque de « flicage » des individus. « On peut savoir à quelle heure l’employé commence son service, quand celui-ci a pris sa pause cigarette… », a dénoncé le responsable.

>> A lire aussi : Des salariés de Sanofi pistés par des puces électroniques