Roumanie: Les manifestants font plier le gouvernement qui retire son décret

ROUMANIE Ce texte assouplissant la législation anticorruption avait provoqué la colère des Roumains...

M.C. avec AFP

— 

Des dizaines de milliers de personnes manifestent à Bucarest contre un assouplissement de la législation anti-corruption en Roumanie, le 1er février 2017.
Des dizaines de milliers de personnes manifestent à Bucarest contre un assouplissement de la législation anti-corruption en Roumanie, le 1er février 2017. — Vadim Ghirda/AP/SIPA

Le texte, adopté sans l’aval du Parlement, avait provoqué la fureur en Roumanie, et fait descendre les habitants dans la rue en masse pour des manifestations d’une ampleur inédite depuis la chute du communisme. Le gouvernement roumain a cédé samedi à la pression et annoncé l’abrogation du décret assouplissant la législation anticorruption.

Mais les centaines de milliers de protestataires, dont beaucoup demandaient aussi la démission du gouvernement en place depuis un mois, ont promis de rester mobilisés, nombre d’entre eux envisageant de poursuivre les rassemblements.

Cinq soirées consécutives de manifestations

« Ce ne sont que des mots, il faut voir dans la pratique », confiait ainsi Aura Oprea, une chef d’entreprise, alors que plus de 300.000 personnes, selon les médias, sont descendues dans les rues à travers tout le pays pour la cinquième soirée consécutive.

« Demain, nous nous réunissons pour abroger ce décret », a annoncé le Premier ministre Sorin Grindeanu, affirmant qu’il ne souhaitait pas « diviser la Roumanie » avec cette réforme pénale qui visait à réduire sensiblement les peines encourues pour abus de pouvoir et introduire un seuil minimum de préjudice de 200.000 lei (44.000 euros).

Des cris de victoire ont salué ce revirement parmi la foule rassemblée à Bucarest devant le siège du gouvernement, épicentre de la contestation. Le président de centre droit Klaus Iohannis, en guerre ouverte avec le gouvernement, a lui salué « un pas important vers une normalisation ».