Trump juge «ridicule» la décision d'un juge bloquant son décret migratoire, la révocation des visas est annulée

ETATS-UNIS Un juge fédéral de Seattle a bloqué temporairement le décret du président américain Trump interdisant l’entrée aux Etats-Unis pour les ressortissants de sept pays musulmans...

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le 3 février 2017.
Donald Trump dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le 3 février 2017. — Shutterstock/SIPA

L’heure de la contre-attaque est arrivée et, comme souvent, Donald Trump a choisi Twitter comme terrain de jeu. Le président américain a jugé samedi « ridicule » la décision d’un juge fédéral qui bloque son décret migratoire visant les ressortissants de sept pays musulmans, assurant que celle-ci expose l’Amérique à de « gros problèmes » et qu’elle sera « cassée ».

Une injonction temporaire valable sur l’ensemble du territoire américain

Le juge de Seattle James Robart a émis vendredi soir une injonction temporaire valable sur l’ensemble du territoire américain, le temps qu’une plainte déposée lundi par le ministre de la Justice de l’Etat de Washington, dans le nord-ouest, soit examinée. Il s’agit, à ce stade, de la décision qui a la plus vaste portée aux Etats-Unis, même si d’autres juges fédéraux de plusieurs Etats ont également statué contre l’interdiction décrétée par Donald Trump vendredi dernier.

« L’opinion de ce soi-disant juge, qui en gros prive notre pays de sa police, est ridicule et sera cassée ! », a prévenu le nouveau président américain dans une salve de tweets matinaux, au lendemain de la décision d’un juge de Seattle de bloquer le décret sur l’ensemble du territoire.

Salve de tweets

« Quand un pays n’est plus en capacité de dire qui peut et qui ne peut pas entrer et sortir, surtout pour des raisons de sûreté et de sécurité - gros problèmes ! », a-t-il encore tweeté.

Les conséquences de la décision du juge Robart commençaient à se concrétiser samedi. Le ministère de la Sécurité intérieure a affirmé qu'«en accord avec la décision du juge, le ministère a suspendu toutes les actions qui mettent en oeuvre» le décret. Les contrôles aux frontières, précise Gillian Christensen, un porte-parole du ministère, reviennent «aux procédures habituelles».

La diplomatie américaine a de son côté annoncé être revenue sur la révocation de quelque 60.000 visas. «Nous avons renversé la révocation provisoire des visas entraînée par le décret présidentiel 13769. Les personnes munies de visas qui n'ont pas été physiquement annulés peuvent désormais voyager si le visa est valide», a expliqué une porte-parole du Département d'Etat dans un communiqué.

Les vols à travers le monde en direction des Etats-Unis, à l'instar de ceux de la compagnie aérienne Qatar Airways, acceptaient de nouveau les ressortissants des sept pays visés par le décret (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen).