Hong Kong: L’enlèvement supposé d’un milliardaire chinois suscite l’inquiétude

CHINE L’intéressé a démenti les informations relayées par des médias en langue chinoise établis à l’étranger…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration du port de Hong Kong.
Illustration du port de Hong Kong. — ANTHONY WALLACE / AFP

Le mystère s’épaissit autour de l’enlèvement supposé à Hong Kong d’un milliardaire chinois. Cette affaire alimente les craintes d’ingérence de Pékin dans l’ex-colonie britannique.

Des médias en langue chinoise établis à l’étranger ont affirmé que Xiao Jianhua aurait été enlevé la semaine dernière, dans le luxueux hôtel Four Seasons de Hong Kong, par des agents de sécurité chinois. Sans donner plus de précisions, l’établissement a indiqué qu’une « enquête » était « en cours ».

« Je n’ai pas été enlevé »

Ces médias chinois ont laissé entendre que sa disparition avait un rapport avec la campagne anticorruption en vigueur sur le continent, qui selon certains critiques, servirait à cibler les opposants politiques au président chinois Xi Jinping.

Or, dans le même temps, une publicité publiée ce mercredi en Une du journal hongkongais Ming Pao et attribuée au milliardaire jure de la fidélité de ce dernier à la Chine. « Je n’ai pas été enlevé […]. Je pense personnellement que le gouvernement chinois est civilisé et bénéficie de l’Etat de droit », dit notamment le texte.

>> A lire aussi : A Hong Kong, le responsable d'une maison d'édition «disparaît»

Traité à l’étranger pour une maladie ?

Dans un autre texte publié ce lundi sur le compte de messagerie WeChat de son entreprise, Xiao Jianhua avait déjà démenti son enlèvement, indiquant être soigné à l’étranger pour une maladie.

Le journal hongkongais South China Morning Post cite, lui, un proche du disparu qui affirme que le milliardaire se trouve en Chine, sans traitement médical ni autre contact qu’avec les membres de sa famille.

>> A lire aussi : Quasi-aveu de la Chine dans l'affaire des libraires disparus

Pour rappel, Xiao Jianhua avait déjà démenti en 2014 des accusations selon lesquelles il avait fui à Hong Kong pour échapper à la campagne anticorruption lancée par le président chinois.