Inde: La première mannequin transgenre va défiler à la Fashion Week de Bombay

MODE «J'espère être une inspiration pour les autres transgenres», a déclaré la Népalaise Anjali Lama, 32 ans...

20 Minutes avec agences

— 

Pour la première fois dans l’histoire de la Lakmé Fashion Week de Bombay (Inde), une mannequin transgenre, Anjali Lama, va défiler sur les podiums du prestigieux événement, organisé du 1er au 5 février 2017.
Pour la première fois dans l’histoire de la Lakmé Fashion Week de Bombay (Inde), une mannequin transgenre, Anjali Lama, va défiler sur les podiums du prestigieux événement, organisé du 1er au 5 février 2017. — Capture d'écran / Instagram

Pour la première fois dans l’histoire de la Lakmé Fashion Week de Bombay (Inde), une mannequin transgenre, Anjali Lama, va défiler sur les podiums du prestigieux événement, organisé du 1er au 5 février. « J’espère être une inspiration pour les autres transgenres. J’aimerais leur dire de toujours croire en eux et garder leur cap », a déclaré la trentenaire.

Née homme au Népal, la jeune femme avait été rejetée par sa famille quand elle leur a annoncé son intention de continuer sa vie en tant que femme il y a 12 ans. Aujourd’hui âgée de 32 ans, la Népalaise est ensuite devenue la première mannequin transgenre de son pays. Une visibilité qui, elle l’espère, contribuera à changer le regard de la population de cette région du monde sur les personnes transgenres.

« Les temps changent »

« Dans les pays d’Asie du Sud, les gens ne sont pas tolérants, ils traitent [la transidentité] comme une maladie. On vous regarde différemment et on vous traite différemment », explique l’intéressée, qui ajoute cependant : « Les temps changent, les gens sont devenus plus compréhensifs. » Le Népal reconnaît en effet l’identité transgenre depuis 2013 et, en 2015, a autorisé ses citoyens à se réclamer d’un troisième genre.

Pays voisin, l’Inde, où Anjali Lama s’apprête à défiler, a elle aussi officiellement reconnu un troisième genre à l’état civil. Mais les « hijras » (travestis) s’y disent depuis longtemps victimes de rejet et de nombreuses discriminations.

>> A lire aussi : «Révolution du genre»: La couverture de «National Geographic» déclenche un débat houleux sur les réseaux sociaux