VIDEO. Attentat à Québec: Inculpé de six meurtres, le suspect est un étudiant nationaliste

CANADA Alexandre Bissonnette, 27 ans, exprimait en ligne des opinions anti-réfugiés, selon des témoignages...

P.B.

— 

Alexandre Bissonnette a été inculpé pour les meurtres de six personnes tuées dans une mosquée de Québec, le 30 janvier 2017.
Alexandre Bissonnette a été inculpé pour les meurtres de six personnes tuées dans une mosquée de Québec, le 30 janvier 2017. — FACEBOOK

C’est finalement le seul suspect. Alexandre Bissonnette, un étudiant canadien de 27 ans, a été inculpé lundi de six meurtres avec préméditation pour la fusillade qui s’est déroulée dans une mosquée de Québec, dimanche. Des perquisitions étaient en cours, lundi, et pourraient déboucher sur une inculpation pour « terrorisme », a indiqué la police. Le bilan pourrait s’alourdir alors que sur les huit blessés, cinq sont dans un état grave.

Un étudiant nationaliste pro-Trump et pro-Le Pen

Bissonnette n’était pas connu des forces de police et ses motifs n’avaient pas été révélés, lundi. Un de ses amis Facebook indique au Globe and Mail qu’ils débattaient souvent en ligne, et que Bissonnette exprimait régulièrement son soutien pour Marine Le Pen et Donald Trump – il avait d’ailleurs liké leur page sur Facebook. « Je le considérais comme un xénophobe captivé par le mouvement nationaliste », indique Vincent Boissoneault.

Selon d’autres connaissances, Alexandre Bissonnette a commencé à revendiquer des opinions politiques plus tranchées après une visite de Marine Le Pen à Québec, en mars 2016, écrit le quotidien canadien. L’administrateur de la page Facebook « Bienvenue aux réfugiés » affirme à La Presse que le suspect trollait régulièrement en ligne, surtout contre les étrangers et les féministes, qu’il surnommait « féminazis ».

Un « attentat terroriste », selon Trudeau

« Nous condamnons cet attentat terroriste dirigé contre des musulmans se trouvant dans un lieu de culte et de refuge. « Les musulmans canadiens constituent un élément important de notre tissu national, et des gestes insensés comme celui-là n’ont pas leur place dans notre pays », a déclaré le Premier ministre Justin Trudeau dans un communiqué.