Birmanie: Choc après le meurtre d'un conseiller musulman d'Aung San Suu Kyi

BIRMANIE Depuis l'ouverture du pays en 2011, les violences contre la communauté musulmane sont récurrentes en Birmanie...

20 Minutes avec AFP
— 
Ko Ni le 28 février 2016.
Ko Ni le 28 février 2016. — Aung Shine Oo/AP/SIPA

Il plaidait pour davantage de tolérance religieuse en Birmanie. La Ligue nationale pour la démocratie (NLD), le parti d’Aung San Suu Kyi, a dénoncé l’assassinat politique dimanche de Ko Ni, célèbre avocat musulman, conseiller juridique du parti et connu pour ses discours sur la tolérance religieuse.

>> A lire aussi : Aung San Suu Kyi face à quatre défis pour mener la Birmanie vers la démocratie

De retour d’un voyage avec une délégation gouvernementale, ce dernier, âgé de 63 ans, a été abattu alors qu’il attendait une voiture à l’extérieur de l’aéroport de Rangoun, a expliqué à l’AFP Zaw Htay, porte-parole du président birman.

Fortes tensions inter-religieuses

Le meurtrier, qui a également tué un chauffeur de taxi qui tentait de l’arrêter, a été par la suite appréhendé par les forces de l’ordre. « J’ai entendu un 'bang', je pensais que c’était un pneu. Je me suis retourné et là j’ai vu mon père à terre avec mon fils. J’ai hurlé », a raconté Yin Nwe Khaing, la fille de Ko Ni, à une télévision locale. « Beaucoup de gens nous détestent parce que nous avons une religion différente », a-t-elle ensuite ajouté.

La police n’a pour l’instant fourni aucune indication quant aux motifs du meurtre. Les funérailles de Ko Ni auront lieu lundi après-midi. « Sa perte est immense pour Aung San Suu Kyi et la NLD car il a toujours soutenu le parti et la politique d’Aung San Suu Kyi et servait de conseiller juridique », a ajouté la NLD, qui a pris le pouvoir depuis mars 2016.

Alors que les tensions inter-religieuses sont fortes dans le pays, cet avocat de confession musulmane était une voix plaidant pour davantage de pluralisme et de tolérance religieuse. Depuis l’ouverture du pays en 2011, les violences contre la communauté musulmane, qui représente moins de 5 % de la population, sont récurrentes en Birmanie.