Visite de Theresa May: Le Brexit, «une chose merveilleuse», selon Trump

ETATS-UNIS Le président américain reçoit la Première ministre britannique à la Maison Blanche...

P.B. avec AFP

— 

Le président américain Donald Trump et la Première ministre britannique, Theresa May, le 27 janvier 2016 à la Maison Blanche.
Le président américain Donald Trump et la Première ministre britannique, Theresa May, le 27 janvier 2016 à la Maison Blanche. — Shutterstock/SIPA

Donald Trump et Theresa May main dans la main. Vendredi, le président américain recevait pour la première fois un dirigeant étranger à la Maison Blanche. Il a réservé cet honneur à la Première ministre britannique Theresa May, louant le Brexit comme « une chose merveilleuse » qui a « donné une identité » au Royaume-Uni.

Lors d’une courte conférence de presse, Donald Trump s’est en revanche montré beaucoup plus évasif que son invitée concernant les sanctions contre la Russie. Theresa May a clairement indiqué que les sanctions contre Moscou devaient selon elle être maintenues jusqu’à ce que l’accord de Minsk soit « intégralement mis en place ». De son côté Donald Trump a jugé qu’il était « très tôt » pour évoquer une levée des sanctions mais réaffirmé sa volonté d’améliorer les relations entre la Maison Blanche et le Kremlin. Aux Etats-Unis, le sénateur républicain John McCain a indiqué qu’il était prêt à un bras de fer au Congrès si le président américain tentait d’alléger les sanctions.

Trump soutient l’Otan… Selon May

May a également pris soin de souligner que le nouveau président américain était, selon elle, « à 100 % » derrière l’Otan. Ce dernier, qui a qualifié il y a quelques semaines l’Alliance atlantique d' « obsolète », s’est cependant gardé de tout commentaire sur le sujet. Il a en revanche tenter d’apaiser la polémique sur le recours controversé à la torture, expliquant que même s’il y était favorable, il laisserait la décision au secrétaire à la Défense. Jusqu’à présent, le général Mattis s’y est opposé, estimant qu’elle ne donnait pas de bons résultats.

Donald Trump continuera avec un week-end chargé : il doit notamment s’entretenir par téléphone avec Vladimir Poutine et François Hollande.