La Maison Blanche évoque une taxe de 20% sur les produits mexicains pour financer le mur

DIPLOMATIE Le président mexicain, lui, a annulé sa visite à Washington...

20 Minutes avec AFP

— 

Le président mexicain Enrique Peña Nieto le 25 février 2016 à Mexico durant la visite du vide président américain Joe Biden
Le président mexicain Enrique Peña Nieto le 25 février 2016 à Mexico durant la visite du vide président américain Joe Biden — RONALDO SCHEMIDT / AFP

La guerre commerciale entre le Mexique et les Etats-Unis est-elle déclarée? Jeudi, le porte-parole de la Maison Blanche a évoqué une taxe de 20 % sur tous les produits venus du pays voisin pour financer la construction du mur à la frontière. « En faisant cela, nous pouvons récolter 10 milliards de dollars par an et facilement payer pour le mur grâce à ce seul mécanisme », a déclaré Sean Spicer aux journalistes à bord de l’avion présidentiel Air Force One. Mais face à la levée de boucliers, il s'est repris un peu plus tard, précisant qu'il ne s'agissait que d'une «possibilité parmi d'autres».

Le président mexicain Enrique Peña Nieto, lui, a annoncé ce jeudi qu’il annulait sa visite à Washington, où il devait rencontrer, le 31 janvier, son homologue américain Donald Trump. « Ce matin j’ai informé la Maison-Blanche que je n’assisterai pas à la réunion de travail programmé mardi prochain avec @Potus », a-t-il tweeté.

Quelques heures plus tôt, le président Trump avait lancé, également sur Twitter, au président mexicain : « Si le Mexique n’est pas prêt à payer le mur, qui est vraiment nécessaire, ce serait mieux d’annuler la rencontre à venir ».

Donald Trump a riposté en estimant qu’une rencontre avec son homologue mexicain aurait été « stérile » étant donnés les désaccords entre les deux pays, en particulier sur le financement du mur à la frontière.

« Tant que le Mexique ne traite pas les Etats-Unis de manière équitable et avec respect, une telle rencontre est stérile », a-t-il affirmé depuis Philadelphie, affirmant que l’annulation de la rencontre avait été une décision conjointe.

Condamnation

>> A lire aussi : Washington va publier chaque semaine une liste de crimes commis par des immigrés

« Je regrette et condamne la décision des Etats-Unis de continuer la construction du mur qui, depuis des années, au lieu de nous unir, nous divise », avait-il déclaré dans un bref message vidéo diffusé mercredi soir sur son compte Twitter.

Donald Trump a signé mercredi un décret lançant la construction d’un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique pour endiguer l’immigration clandestine, la promesse la plus emblématique de sa campagne.