Corée du Nord : Le régime serait en train de s’effondrer, selon un transfuge

DICTATURE De plus en plus de membres de l’élite nord-coréenne « tournent leur dos » à Kim Jong-un, selon un ancien haut diplomate…

20 Minutes avec AFP
— 
Kim Jong-un salue la foule le 10 mai 2015 à Pyongyang en Corée du Nord.
Kim Jong-un salue la foule le 10 mai 2015 à Pyongyang en Corée du Nord. — Wong Maye-E/AP/SIPA

Le régime de la Corée du Nord serait-il sur le point de 's'effondrer ? C’est un ancien haut diplomate nord-coréen, passé au Sud en août, qui l’affirme. « Je suis convaincu que les jours de Kim Jong-un sont comptés », a déclaré mercredi, lors de sa première conférence de presse devant les médias étrangers, l’ancien numéro deux de l’ambassade de Corée du Nord à Londres, Thae Yong-ho.

Ce dernier rapporte que de plus en plus de Nord-Coréens tournent le dos à Pyongyang. Thae Yong-ho s’est également dit sûr que davantage de ses compatriotes suivent son exemple, car le régime nord-coréen est « sur une pente descendante ».

Sanctionnée par l’ONU

La Corée du Nord est dirigée depuis sa fondation en 1948 par la dynastie des Kim. Elle est l’objet de multiples résolutions de sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU décrétées pour la contraindre à renoncer à ses programmes nucléaire et balistique interdits.

Thae Yong-ho, l’un des plus hauts diplomates à être passé au Sud ces dernières années, a expliqué que l’accès aux informations étrangères dans le cadre de ses fonctions avait contribué à faire vaciller sa foi dans le régime.

Impitoyables purges

Ses doutes sont devenus des convictions quand Kim Jong-un, arrivé à la tête du pays après le décès de son père il y a cinq ans, s’est mis à se débarrasser de hauts responsables du régime dans d’impitoyables purges.

Les diplomates nord-coréens sont généralement contraints, quand ils sont nommés à l’étranger, de laisser un de leurs enfants au pays, comme « garantie » de leur fidélité au régime. Mais Thae Young-ho a eu la chance de pouvoir partir en Grande-Bretagne avec ses deux fils aujourd’hui âgés de 19 et 26 ans.

« Le régime de Kim Jong-un prend en otage l’amour entre parents et enfants pour contrôler les diplomates nord-coréens », a-t-il dit.

L’ex-diplomate, passé au Sud avec femme et enfants, avait été qualifié de « pourriture humaine » par Pyongyang qui l’accuse d’avoir détourné une importante somme d’argent, violé un mineur ou encore espionné pour le compte de Séoul.