Inquiétude en Russie après l’arrestation du patron de Ioukos

© 20 minutes

— 

« Je n’ai pas l’intention de devenir un émigré politique. S’ils veulent me mettre en prison, qu’ils le fassent », avait déclaré, au début du mois, Mikhaïl Khodorkovski. C’est chose faite. Le patron du groupe pétrolier russe Ioukos a été arrêté et incarcéré, samedi, pour escroquerie et évasion fiscale. Une opération qui a provoqué la colère des milieux financiers du pays. Le patronat a ainsi dénoncé l’« arbitraire » des forces de l’ordre et mis en garde contre des conséquences néfastes pour l’économie du pays. De son côté, l’ambassadeur américain à Moscou se disait « inquiet de l’escalade » des poursuites visant Ioukos et son patron. Le caractère politique de la campagne judiciaire menée contre Khodorkovski depuis juillet est en effet admis par tous. D’autant plus que l’homme d’affaires ne cachait pas ses ambitions politiques et finançait l’opposition libérale, à l’approche des législatives du 7 décembre. Khodorkovski rejoint ainsi deux autres oligarques harcelés par le Kremlin : Boris Berezovski et Vladimir Goussinski. Seule différence : les deux hommes ont préféré l’exil à la prison.