Législatives en Allemagne: Martin Schulz prochain adversaire d’Angela Merkel?

POLITIQUE L'actuel chef des sociaux-démocrates Sigmar Gabriel a renoncé, laissant la voie libre pour Martin Schulz...

20 Minutes avec AFP

— 

Martin Schultz est l'ancien président du Parlement européen. Lancer le diaporama
Martin Schultz est l'ancien président du Parlement européen. — Olivier Matthys/AP/SIPA

Il a décidé de jetter l’éponge. Le chef des sociaux-démocrates allemands a renoncé ce mardi à affronter la chancelière Angela Merkel lors des législatives de septembre. En cause, une impopularité qui menace son parti de marginalisation. A sa place, il a proposé l’ex-président du Parlement européen Martin Schulz.

« Si je me présentais, j’échouerais et avec moi le SPD », a dit Sigmar Gabriel, dont le parti est crédité d’environ 20 % des intentions de vote dans les sondages.

Abandon

Il s’agit d’un score historiquement très bas, de plus de 5 points inférieur au résultat des sociaux-démocrates lors des élections de 2013, et surtout autour de 15 points sous le score pronostiqué actuellement pour le parti conservateur de la chancelière (CDU).

>> A lire aussi : Angela Merkel candidate à un quatrième mandat de chancelière

Sigmar Gabriel, qui abandonne aussi son poste de président du SPD, a recommandé que Martin Schulz soit candidat à la chancellerie. Celui-ci a « clairement les meilleures chances », a reconnu l’actuel vice-chancelier et ministre de l’Economie dans le gouvernement de coalition conservateurs/sociaux-démocrates à Berlin. Le nom de Martin Schulz a été choisi « de manière unanime » par les responsables du parti, a-t-il indiqué à la presse.

« Le bon choix »

L’ex-président du Parlement européen, qui a annoncé fin 2016 vouloir poursuivre sa carrière politique en Allemagne, n’a pas commenté ces déclarations dans l’immédiat. Le SPD avait prévu à l’origine d’annoncer dimanche le nom du rival de Angela Merkel, et les médias allemands s’attendaient à ce que ce soit Sigmar Gabriel, candidat naturel.

>> A lire aussi : Angela Merkel réélue sans forcer à la tête de la CDU, avec 89,5% des voix

Mais selon les récents sondages, Martin Schulz, dont l’essentiel de la carrière s’est faite au niveau européen, apparaît nettement mieux placé pour tenter d’empêcher Angela Merkel de gagner un quatrième mandat à la chancellerie à l’issue des législatives du 24 septembre.

Le patron de la CSU bavaroise Horst Seehofer, allié d’Angela Merkel, a d’ailleurs reconnu auprès de l’agence dpa qu’avec Martin Schulz « les choses ne sont pas devenues plus simples » pour les conservateurs.

Bien que surpris par l’annonce, des cadres sociaux-démocrates ont salué un « très bon choix ». « En tant qu’Européen ardent et opposant décidé au populisme de droite, Schulz est le bon candidat au bon moment », a jugé Johanna Uekermann, cheffe des jeunes du SPD.