Londres a-t-elle caché l'échec d'un tir de missile nucléaire?

POLEMIQUE Selon la presse il s’agirait d’une « défaillance », tandis qu’un ministre parle de « succès » d’un test…

20 Minutes avec AFP

— 

Un HMS Vengeance de la Royal Navy
Un HMS Vengeance de la Royal Navy — ROYAL NAVY-MOD/SIPA

L’affaire secoue outre-Manche. Le ministre britannique de la Défense Michael Fallon a affirmé lundi que le sous-marin HMS Vengeance avait été « testé avec succès », malgré les informations de presse affirmant qu’un test de tir de missile nucléaire avait connu une « grave défaillance » au large des Etats-Unis.

« Contrairement aux informations de la presse du week-end, le HMS Vengeance et son équipage ont été testés avec succès et ont été certifiés comme aptes à rejoindre le cycle opérationnel », a-t-il affirmé lors d’une séance convoquée en urgence par le Parlement. « La capacité et l’efficacité de la dissuasion nucléaire indépendante du Royaume-Uni ne sont pas mises en doute », a encore assuré Michael Fallon.

Un tir raté vers les Etats-Unis ?

Citant sous couvert de l’anonymat un haut responsable de la Royal Navy, le Sunday Times a rapporté dimanche que le test d’un missile nucléaire Trident II D5 non armé avait « connu une grave défaillance » au large de la Floride en juin.

« La cause demeure top secret […] mais le missile aurait dévié de sa trajectoire pour se diriger vers les Etats-Unis après son lancement du HMS Vengeance, l’un des quatre sous-marins nucléaires britanniques », écrivait le journal, sans préciser où le missile a fini sa course.

>> A lire aussi : Soudain, un sous-marin nucléaire émerge de la banquise

« L’échec désastreux de notre premier test nucléaire en quatre ans a fait souffler un vent de panique au plus haut niveau gouvernemental et militaire », soulignait la source du Sunday Times.

Interrogé spécifiquement sur ce tir de missile nucléaire, le ministre de la Défense s’est refusé à plusieurs reprises à « commenter les détails des opérations des sous-marins » nucléaires Trident. « Le gouvernement a une confiance absolue en notre dissuasion et dans les équipages de la Royal Navy qui nous protègent », a-t-il répété.

Essai de routine

Dimanche, un porte-parole du ministère de la Défense avait confirmé que « la Royal Navy a conduit en juin un essai de routine de lancement de missile Trident non-armé ».

Pour Kate Hudson, secrétaire générale de la campagne pour un désarmement nucléaire, « la dissimulation continue. Michael Fallon a refusé aujourd’hui de dire pourquoi le parlement n’a pas été informé de la crise du missile Trident ».

« Il est évident qu’on ne peut pas faire confiance au gouvernement pour dire aux députés et au grand public la vérité sur cette crise », a-t-elle ajouté dans un communiqué, appelant à l’ouverture d’une enquête.

Theresa May a par ailleurs été accusée par l’opposition d’avoir caché au Parlement l’échec du test de missile Trident lors du vote par les députés en faveur du renouvellement de la force de dissuasion sous-marine britannique en juillet dernier.