Etats-Unis: Trump annonce le retrait du TPP

COMMERCE Ce texte, promu par Washington et censé façonner les règles du commerce du XXIe siècle...

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump lors de sa prestation de serment à Washington, le 20 janvier 2017.
Donald Trump lors de sa prestation de serment à Washington, le 20 janvier 2017. — Timothy A. CLARY / AFP

Il a été négocié pendant des années par l’administration Obama et était vu comme un contrepoids à l’influence grandissante de la Chine. Ce lundi, Donald Trump a signé un décret signifiant la fin de la participation des Etats-Unis au traité de libre-échange transpacifique (TPP).

Cette initiative est la première décision du nouveau président républicain qui a dénoncé durant la campagne avec véhémence cet accord « terrible », qui « viole » selon lui les intérêts des travailleurs américains.

>> A lire aussi : Retrait du traité transpacifique, immigration, énergie... Toutes les annonces de Donald Trump

Signé par 12 pays

Ce texte, promu par Washington et censé façonner les règles du commerce du XXIe siècle, a été signé en 2015 mais n’est pas encore entré en vigueur.

>> A lire aussi : Donald Trump tweete sur la Chine et fait le plus beau lapsus de sa courte carrière présidentielle

Le traité a été signé par 12 pays (Australie, Brunei, Canada, Chili, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour, Etats-Unis et Vietnam) qui représentent 40 % de l’économie mondiale.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe, grand défenseur de l’accord, a estimé que le TPP sans les Etats-Unis « n’aurait pas de sens ».

Renégocier l’Aléna

Dimanche, le président des Etats-Unis avait affirmé qu’il allait commencer à renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) avec les dirigeants du Canada et du Mexique qu’il doit rencontrer prochainement.

« Nous allons rencontrer le Premier ministre du Canada [Justin Trudeau] et le président du Mexique [Enrique Peña Nieto] et nous allons commencer des négociations liées à l’Aléna », a-t-il déclaré lors d’une cérémonie dans les salons de la Maison Blanche.

L’Aléna, entré en vigueur en janvier 1994, associe les Etats-Unis, le Canada et le Mexique dans une vaste zone de libre-échange. Il fait partie des cibles privilégiées de Donald Trump qui l’accuse d’avoir encouragé l’exode d’emplois manufacturiers américains vers le Mexique.