Israël: Benjamin Netanyahou va s'entretenir avec Donald Trump

DIPLOMATIE Un entretien téléphonique sur des sujets comme les Palestiniens, la situation en Syrie et la «menace iranienne»...

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou à Jérusalem, le 10 mai 2015.
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou à Jérusalem, le 10 mai 2015. — Sebastian Scheiner/AP/SIPA

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a annoncé qu’il allait s’entretenir dimanche au téléphone avec le président américain Donald Trump pour la première fois depuis son entrée en fonction à la Maison Blanche : « Ce soir, je vais avoir un entretien téléphonique avec le président Trump sur des sujets portant sur les Palestiniens, la situation en Syrie et la menace iranienne ».

>> Israël: Feu vert à la construction de 566 logements à Jérusalem-Est

« La menace que fait peser le mauvais accord nucléaire conclu avec l’Iran »

« J’apprécie beaucoup sa profonde amitié envers Israël ainsi que sa volonté affichée de combattre le terrorisme radical islamique avec force et énergie, a affirmé le Premier ministre. La première priorité de l’Etat d’Israël est de lever la menace que fait peser le mauvais accord nucléaire conclu avec l’Iran. »

Benjamin Netanyahou a mené une virulente campagne contre l’accord conclu à Vienne en juillet 2015 entre Téhéran et les grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne sous l’égide de l’Union européenne) qui vise à garantir la nature pacifique du programme nucléaire iranien, en échange d’une levée progressive des sanctions économiques contre Téhéran.

>> Accord sur le nucléaire iranien: Le monde salue une nouvelle ère

« L’un des pires accords » selon Donald Trump

Le président américain sortant Barack Obama a joué un rôle majeur dans la conclusion de cet accord, que Netanyahou a qualifié « d’erreur historique ». Avant son entrée à la Maison Blanche,Donald Trump avait affirmé dans une interview conjointe aux quotidiens britannique The Times et allemand Bild que ce texte était « l’un des pires accords ».

L’ensemble de la communauté internationale, y compris les plus farouches adversaires de l’Iran, comme Israël et l’Arabie saoudite, reconnaît que Téhéran a jusqu’à présent respecté les termes de l’accord de Vienne.