VIDEO. Investiture de Trump: La Maison-Blanche accuse violemment les médias d'avoir sous-estimé la foule

ETATS-UNIS « Ce fut la plus grande foule jamais vue lors d’une investiture, point barre », a lancé son porte-parole aux journalistes lors d'une conférence de presse...

M.C. avec AFP

— 

Le porte-parole de Donald Trump, Sean Spicer, s'en prend aux journalistes à la Maison-Blanche, le 21 janvier 2017.
Le porte-parole de Donald Trump, Sean Spicer, s'en prend aux journalistes à la Maison-Blanche, le 21 janvier 2017. — MANDEL NGAN / AFP

Si son premier décret visait la réforme de la santé « Obamacare », Donald Trump a réservé sa première charge publique aux médias. Au lendemain de sa prestation de serment, le nouveau président des Etats-Unis s’en est pris samedi avec véhémence aux journaux, radios, télévisions, et sites internet, accusés d’avoir menti sur l’estimation du nombre de personnes ayant assisté à sa prestation de serment.

>> A lire aussi : Des millions de personnes manifestent contre Trump dans le monde entier

« Honnêtement, cela avait l’air d’un million et demi de personnes, cela allait jusqu’au Washington Monument », a-t-il affirmé, contre toute évidence, à l’occasion d’une visite au siège de la CIA. « Je regarde cette chaîne de télévision, et ils montraient des pelouses vides et parlaient de 250.000 personnes », a-t-il encore dit. « C’est un mensonge », a-t-il poursuivi.

Les journalistes parmi les « êtres humains les plus malhonnêtes de la terre »

Evoquant sa « guerre » en cours contre les médias, le 45e président des Etats-Unis a affirmé que les journalistes faisaient partie « des êtres humains les plus malhonnêtes de la terre ».

La police américaine ne fournit en principe pas de chiffres lors des manifestations mais les images aériennes diffusées vendredi par les télévisions américaines montraient une foule qui n’allait pas jusqu’au Washington Monument et était clairement inférieure à un million et demi. Cette foule était aussi notoirement plus faible que celle qui s’était rassemblée au même endroit lors des deux prestations de serment de Barack Obama, en 2009 et en 2013.

« Nous allons demander à la presse de rendre des comptes »

Lors d’une déclaration peu après depuis la salle de presse de la Maison Blanche, Sean Spicer, porte-parole de Donald Trump s’en est pris avec force aux journalistes, dénonçant des tentatives « honteuses » de minimiser selon lui le succès populaire de la prestation de serment du nouveau président.

« Ce fut la plus grande foule jamais vue lors d’une investiture, point barre », a-t-il affirmé, sans fournir d’éléments concrets pour appuyer ses dires. « Nous allons demander à la presse de rendre des comptes », a-t-il encore lancé, élevant la voix.

« Les Américains méritent mieux et tant qu’il sera le messager d’un mouvement, Donald Trump s’adressera directement à eux », a-t-il ajouté, refusant de prendre de répondre à la moindre question des journalistes présents.

Un tiers de la foule de Barack Obama

La mobilisation pour Donald Trump « était vraiment faible. Ca ne ressemblait pas du tout à l’investiture d’Obama où le pays tout entier était sincèrement heureux », a souligné Kathy Small, une professeur de 67 ans venue d’Arizona.

Donald Trump n’aurait réussi à rassembler sur le Mall qu’environ un tiers de la foule qui avait acclamé Barack Obama en 2009 (460.000 se trouvaient alors sur le Mall sur 1,8 million de personnes au total), selon un expert cité par le New York Times, le professeur Keith Still.

Un décompte contesté par l’intéressé qui a accusé samedi les médias de mentir, et dit qu’il y avait jusqu’à « 1,5 million » de ses partisans vendredi sur le Mall, un chiffre manifestement irréaliste.