Etats-Unis: «El Chapo» plaide non coupable devant la justice américaine

JUSTICE Il est notamment soupçonné d’avoir dirigé le cartel mexicain de Sinaloa, chef d’accusation qui pourrait lui valoir à lui seul, en cas de condamnation, la prison à perpétuité...

20 Minutes avec AFP
— 
Le célèbre narcotrafiquant Joaquin
Le célèbre narcotrafiquant Joaquin — HO / INTERIOR MINISTRY OF MEXICO / AFP

Le célèbre narcotrafiquant Joaquin « El Chapo » Guzman a plaidé ce vendredi non coupable des 17 chefs d’accusation retenus contre lui par la justice américaine devant un tribunal de Brooklyn, au lendemain de son extradition du Mexique.

Vêtu d’une tenue bleue de détenu, « El Chapo » est apparu fatigué, s’exprimant à voix basse en espagnol devant le juge James Orenstein, qui a fixé au 3 février la prochaine audience dans ce dossier. Joaquin Guzman (49 ans) est, pour l’instant, défendu par des avocats commis d’office et était assisté d’un interprète.

Il est notamment soupçonné d’avoir dirigé le cartel mexicain de Sinaloa, chef d’accusation qui pourrait lui valoir à lui seul, en cas de condamnation, la prison à perpétuité.

Un dossier très complexe

Ce cartel a acheminé et distribué pendant des années plusieurs centaines de tonnes de drogue colombienne, héroïne, cocaïne, marijuana, méthamphétamines, à travers les Etats-Unis.

Le chef du cartel de Sinaloa est accusé d’avoir introduit des quantités considérables de drogue aux Etats-Unis et alimenté une guerre fratricide entre cartels au Mexique. Il est poursuivi au Texas et en Californie, notamment pour trafic de drogue, homicide et blanchiment d’argent

Ses avocats « surpris »

« Le département américain de la Justice exprime sa gratitude envers le gouvernement mexicain pour sa large coopération et assistance afin d’assurer la sécurité de l’extradition de Guzman », ont indiqué les autorités américaines.

Le ministère mexicain des Affaires étrangères avait assuré en mai, après avoir autorisé l’extradition du narcotrafiquant, qu’il avait obtenu des autorités américaines la garantie que « la peine de mort ne serait pas appliquée ».

« Ils ont fait cela de manière illégale, l’étude de l’appel étant toujours en cours », a protesté l’une des avocates de Guzman, Silvia Delgado, sur la chaîne Milenio après l’annonce de l’extradition. « Nous sommes les premiers surpris par cette décision », a-t-elle commenté.