VIDEO. Investiture de Donald Trump: Ce qu'il fallait retenir du discours du 45e président américain

ETATS-UNIS Donald Trump a prêté serment ce vendredi au Capitole, devenant le 45e président des Etats-Unis...

Laure Cometti

— 

Donald Trump lors de son investiture le 20 janvier 2017 à Washington.
Donald Trump lors de son investiture le 20 janvier 2017 à Washington. — Patrick Semansky/AP/SIPA

Son discours était très attendu. Donald Trump a prononcé une allocution après avoir prêté serment ce vendredi au Capitole à Washington. Il a promis d’être le président du peuple et de mettre en œuvre un protectionnisme économique intransigeant dans un discours de 16 minutes au ton combatif et dont certains passages semblaient tout droit recyclés de sa campagne. 20 Minutes vous en résume l’essentiel.

>> Suivez la première journée de la présidence Trump en direct par ici

Dramatique et pas vraiment rassembleur

S’il a remercié Barack et Michelle Obama pour leur aide pendant la transition en ouverture de son discours, Donald Trump a rapidement repris le ton dramatique et combatif qui est souvent le sien, décrivant des Etats-Unis ruinés par la pauvreté, le libre-échangisme, la drogue, les gangs… « Ce carnage américain s’arrête ici, s’arrête maintenant », a-t-il martelé.

Il a beau avoir appelé à une « nouvelle fierté nationale » qui « pansera les divisions », le nouveau président n’a pas tenu un discours totalement rassembleur. Alors qu’il est d’usage d’adopter un message fédérateur pour ce premier discours de président, Donald Trump a été résolument critique envers la précédente administration, insistant sur la rupture qu’il souhaite mettre en œuvre.

« Nous transférons le pouvoir de Washington à vous, le peuple »

Il a continué d’attaquer le système et promis d’être le président du peuple, s’en prenant aux élites de Washington. Ce 20 janvier est le jour où « nous transférons le pouvoir de Washington à vous, le peuple ». Il a ensuite critiqué les « politiques qui ne font que parler sans agir. Le temps des discours vides est fini », a-t-il poursuivi. Ce passage de son discours a été un peu plus applaudi.

Le nouveau président a également affirmé que « toutes les femmes et tous les hommes oubliés ne seront plus oubliés ».

« L’Amérique d’abord » : cap sur le protectionnisme

Le protectionnisme a été au cœur de ce discours. « Chaque décision, sur le commerce, sur l’immigration sera prise avec un seul principe : America First (l’Amérique d’abord) », a-t-il martelé. « Nous allons suivre deux règles simples : acheter américain, embaucher américain », a-t-il ajouté. En fait, ces mots ne sont pas différents de ceux qu’il a prononcés tout au long de sa campagne.

Il a aussi déploré que depuis des années l’Amérique ait « subventionné les armées d’autres pays » et négligé la sienne.

Donald Trump a de nouveau martelé ses promesses de campagne : « Nous allons construire de nouvelles routes, de nouveaux aéroports, des tunnels… » « Nous allons éradiquer le terrorisme islamiste radical ». Puis il a conclu avec son slogan : « Make America great again. »