Froid extrême: 23.000 enfants migrants en danger de mort en Grèce et dans les Balkans selon l'Unicef

METEO L'Unicef alerte sur le risque pour les bébés et enfants de réfugiés notamment en Grèce de tomber gravement malade et même de mourir avec les tempêtes et météo extrême...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration du grand froid en France et dans toute l'Europe. Maraude de la Croix-Rouge sur le secteur d'Issy-les-Moulineaux.
Illustration du grand froid en France et dans toute l'Europe. Maraude de la Croix-Rouge sur le secteur d'Issy-les-Moulineaux. — SIPA

L’Unicef tire la sonette d’alarme. Alors que toute l’Europe connaît une vague de froid intense, l’ONG a mis en garde ce vendredi dans un communiqué la communauté internationale : plus de 23.000 enfants migrants, confrontés en Grèce et dans les Balkans à une vague de froid, risquent des infections respiratoires, « voire la mort par hypothermie sans aucun signe d’accalmie des conditions météo extrêmes et des tempêtes qui balayent le centre, l’est et le sud de l’Europe ».

Europe: Au moins 40 morts à cause de la vague de froid, surtout des sans-abri

Des températures en dessous de -20 degrés

En Grèce et dans les Balkans, en particulier, environ 23.700 enfants réfugiés et migrants, dont des nourrissons et des nouveau-nés, - la plupart de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan - sont toujours bloqués, a-t-il ajouté. Dans certaines régions, les températures sont descendues sous les -20 degrés. Et « beaucoup sont hébergés dans des abris qui sont mal équipés pour l’hiver et encore moins pour des températures au-dessous de zéro ».

Des tentes pour tout hébergement

Certaines régions de Grèce, en particulier sur les îles où des milliers de réfugiés s’abritent dans des tentes, ont connu de fortes chutes de neige pour la première fois depuis des années. « Les nourrissons et les très jeunes enfants ont généralement une constitution moins résistante au froid, ce qui les rend plus vulnérables aux problèmes respiratoires et aux infections virales et bactériennes potentiellement fatales, comme la pneumonie et la grippe », a souligné Basil Rodrigues, conseiller Santé de l’Unicef pour la région Europe centrale et orientale, cité dans le communiqué.

Sans-abri: Cet hiver ne serait «pas plus difficile que les autres», selon la ministre du Logement

 

Mots-clés :