Maroc: Un Français jugé pour avoir financé le djihad à hauteur de 65 euros

PROCES Cet ingénieur de 37 ans avait été condamné à six ans de prison en première instance...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration: La balance de la justice.
Illustration: La balance de la justice. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Il aurait financé le djihad à hauteur de 700 dirhams (environ 65 euros). Après avoir été condamné à six ans de prison en juillet dernier au Maroc, le Français Thomas Gallay est actuellement jugé en appel pour « soutien financier en vue de lacommission d’actes de terrorisme ». Le 5 janvier, le procureur marocain a requis la même peine de six ans de prison qu'en première instance.

La justice marocaine reproche en effet à l’ingénieur de 37 ans d’avoir donné cette modeste somme, étalée en trois fois sur un an, à une de ses connaissances, Maalaïne Lassir, qui a ensuite été arrêtée en compagnie de huit autres individus lors d’une opération de police visant à démanteler un réseau terroriste.

De l’argent « pour dépanner » selon la mère de l’accusé

Depuis l’arrestation de Thomas Gallay à Essaouira (Maroc) en février 2016, sa mère tente d’obtenir la libération de son fils. Citée par Libération, Béatrice Gallay explique que si l’ingénieur a effectivement donné de l’argent à son ami, c’était « pour le dépanner ».

Initialement proche du Marocain rencontré après son installation à Essaouira en 2014, Thomas Gallay aurait d’ailleurs pris ses distances quand il avait découvert les réactions de son camarade après les attentats de Charlie Hebdo en janvier 2015.

>> A lire aussi : Le roi du Maroc appelle à un «front commun contre le fanatisme» des djihadistes

Des documents rédigés en arabe

Mais d’après les procès-verbaux des auditions, le Français indiquerait s’être converti à l’islam et accorder une grande importance au djihad. Pour Béatrice Gallay, ces documents ne correspondent à aucune réalité et son fils nierait une grande partie de leur contenu.

Ils sont par ailleurs rédigés en arabe, une langue que le mis en cause ne comprend pas. Cette situation ne l’a pas empêché de passer onze mois enfermé dans la plus vieille prison du Maroc à cause de ce que sa mère qualifie d'« erreur judiciaire ».

>> A lire aussi : VIDEO. Espagne: Une Marocaine qui voulait envoyer ses enfants faire le djihad en Syrie a été écrouée