Les derniers mots des gardes civils avant d'être tués: «Fils de pute, vous êtes des assassins!»

ENQUETE La conversation aurait été enregistrée. C'est ce que révèle le site espagnol 20minutos.

C.C. avec AFP

— 

Saioa Sanchez Iturregui. The Spanish Interior Minister urges for citizen collaboration to help locate and arrest the six alleged ETA members. The jailed leader of the armed Basque group ETA's political wing has called for fresh peace talks between the separatists and the Spanish government after a shaky truce ended last month, a newspaper reported 29 July 2007. AFP PHOTO SPANISH INTERIOR MINISTER
Saioa Sanchez Iturregui. The Spanish Interior Minister urges for citizen collaboration to help locate and arrest the six alleged ETA members. The jailed leader of the armed Basque group ETA's political wing has called for fresh peace talks between the separatists and the Spanish government after a shaky truce ended last month, a newspaper reported 29 July 2007. AFP PHOTO SPANISH INTERIOR MINISTER — AFP / Ministère de l'Intérieur espagnol

«Hijos de puta, sois unos asesinos» («Fils de pute, vous êtes des assassins»): tels seraient les derniers mots pronocés par les gardes civils espagnols tués le 1er décembre à Capbreton, vraisemblablement par un commando d’ETA.
Selon des sources antiterroristes citées par 20minutos.es, les derniers échanges entre les officiers espagnols ont été enregistrés grâce au micro installé dans leur voiture.

Le déroulé de l’attaque

Le commando avait suivi les deux gardes civils sur le parking du centre commercial. Les enquêteurs supposeraient que les agents ont eu le temps d’activer le micro de la radio de bord.

Sur l’enregistrement, on entendrait un des etarras présumé crier «Txakurras (“chien”, en basque). Vous êtes des txakurras. Txakurras fils de pute.» «Txakurra» est le mot que les etarras utilisent pour désigner les policiers.

Puis, on entendrait un des gardes civils, apparemment Fernando Trapero, répliquer: «Vous êtes des assassins, fils de pute», suivi du bruit des détonations.

Le couple bientôt mis en examen?

Asier Bengoa Lopez de Armentia et Saioa Sanchez Iturregi, qui ont reconnu être membres d’ETA, devraient être présentés à un juge d’instruction antiterroriste dimanche. Ils pourraient être mis en examen pour assassinats, association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ainsi que pour des infractions liées à la tentative de vol de voiture et de détention d'armes.

Un troisième homme a été arrêté vendredi.