Kadhafi à Paris: «On n'invite pas un preneur d'otages international»

REACTIONS La venue officielle du chef de l’Etat libyen provoque un tollé...

avec AFP

— 

Le président Nicolas Sarkozy recevra lundi et mercredi Mouammar Kadhafi, a annoncé vendredi l'Elysée, confirmant officiellement la visite du leader libyen en France.
Le président Nicolas Sarkozy recevra lundi et mercredi Mouammar Kadhafi, a annoncé vendredi l'Elysée, confirmant officiellement la visite du leader libyen en France. — Patrick Kovarik AFP/Archives

Les critiques ne se sont pas faites attendre après l’officialisation par l’Elysée de la venue Mouammar Kadhafi, le président libyen, à Paris lundi et mercredi prochain.

Bernard-Henri Lévy s'est déclaré «choqué». «On n'invite pas en visite d'Etat un grand terroriste et un preneur d'otages international» comme lui, a déclaré le philosophe sur RTL. «Visite d'Etat, peut-être les drapeaux sur les Champs Elysées. On nous parle d'un recueillement sur la tombe du Général de Gaulle à Colombey-les-deux-Eglises. On rêve !», s'est-il exclamé.
    
François Bayrou a jugé pour sa part cette visite «indigne». «Le dictateur libyen qui s'est rendu coupable d'actes de terrorisme parmi les plus cruels des dernières décennies» et de «prises d'otages» avec les infirmières bulgares «ne doit pas être honoré par la France», a déclaré le président du MoDem. «Tout cela demande dans l'opinion française une mobilisation d'indignation», a estimé le député des Pyrénées-Atlantiques, en dénonçant «la diplomatie business» menée en fonction «du carnet de chèques» des interlocuteurs.

Un mouvement d'opposition libyen a quant à lui demandé à Nicolas Sarkozy de ne «pas sacrifier le désir de démocratie du peuple libyen» pour des accords commerciaux. «Nous craignons que la restauration des relations entre la France et la Libye ne renforce le régime de Kadhafi», a déclaré Mohammed Ali Abdalla, secrétaire général adjoint du Front national pour le salut de la Libye (FNSL), un mouvement créé en 1981 et qui a participé à des tentatives de renversement du guide libyen en 85 et 93.