Sarkozy reçoit Kadhafi lundi et mercredi

LIBYE L'Elysée a confirmé officiellement la visite du leader libyen...

avec AFP

— 

Avant la visite du colonel Kadhafi en France, l'ex-émissaire européen en Libye a affirmé jeudi que les négociations Paris-Tripoli sur les armements et le nucléaire avaient été décisives pour la libération des soignants bulgares, contredisant ainsi les autorités françaises.
Avant la visite du colonel Kadhafi en France, l'ex-émissaire européen en Libye a affirmé jeudi que les négociations Paris-Tripoli sur les armements et le nucléaire avaient été décisives pour la libération des soignants bulgares, contredisant ainsi les autorités françaises. — Patrick Kovarik AFP/Archives
Nicolas Sarkozy recevra lundi et mercredi Mouammar Kadhafi, a annoncé vendredi l'Elysée, confirmant officiellement la visite du leader libyen en France.

Visite jusqu'au 15 décembre

Le président français
recevra le dirigeant libyen lundi à 14h30, puis une deuxième fois mercredi à 16h, selon l'agenda du président français, rendu public vendredi. La visite officielle durera jusqu'au 15 décembre, a précisé le porte-parole de l'Elysée David Martinon.

Nicolas Sarkozy avait effectué une visite à Tripoli le 25 juillet, au lendemain de la libération des cinq infirmières bulgares et du médecin palestinien.

L'ex-épouse du chef de l'Etat, Cécilia Sarkozy, avait joué un rôle important dans cette libération, se rendant par deux fois en Libye et ramenant les soignants bulgares dans un avion officiel français.

Cette libération avait suscité une polémique en France, notamment en raison de la signature, lors de la visite de Nicolas Sarkozy, d'accords en matière d'armements et de coopération nucléaire. Paris à toujours démenti toute contrepartie à la libération des soignants bulgares.

Armement et nucléaire

L'ancien représentant à Tripoli de la Commission européenne, Marc Pierini, a affirmé jeudi devant la commission d'enquête parlementaire que les discussions franco-libyennes sur «les armements et le nucléaire» avaient été un «élément décisif» pour la libération des Bulgares.