Etats-Unis: Mais que faisait l’ancien représentant de la secte Moon en France avec Marine Le Pen?

ENTREVUE « Marine est une amie », affirme-t-il…

C. Ape.

— 

Marine Le Pen le 9 décembre 2016 à Paris.AFP PHOTO / MARTIN BUREAU
Marine Le Pen le 9 décembre 2016 à Paris.AFP PHOTO / MARTIN BUREAU — AFP

Marine Le Pen s’est donc rendue à la Trump Tower, sans rencontrer pour autant le président américain élu Donald Trump. Dans le repère du milliardaire américain, qui fera son entrée à la Maison Blanche le 20 janvier, la candidate frontiste à la présidentielle française était aux côtés de son compagnon Louis Alliot, l’homme d’affaires Italien Guido Lombardi et Pierre Ceyrac (avec la cravate rouge), note Libération.

Une entrevue qui pourrait illustrer un déplacement outre-Atlantique plus politique que ce qu’il ne laisse croire, selon le quotidien.

Une rencontre Le Pen - Reagan

Libération rappelle que Pierre Ceyrac a fait partie des 35 députés frontistes entre 1986 et 1988. Mais il est aussi le représentant en France de l’Eglise de l’Unification, devenue un empire économique prospère et également connue sous le nom de secte Moon. Elle a été fondée par le milliardaire Sun Myung Moon, décédé en 2012. Cette Eglise a notamment pour point commun avec le FN un anticommunisme virulent, note le quotidien.

Fort de cette « alliance », le FN a profité du carnet d’adresses de l’Eglise, notamment utilisé pour une des tournées internationale de Jean-Marie Le Pen. Comme aux Etats-Unis, en 1987. Le fondateur du FN a ainsi pu serrer la main du président américain Ronald Reagan un soir de février.

En 1994, changement de cap. Pierre Ceyrac quitte le parti à la suite de « l’accumulation des petites phrases de Le Pen ». Peu après, il se détache aussi de la secte Moon.

« Marine est une amie »

Mais en 2003, le revoilà. Selon l’historienne Valérie Igounet, spécialiste du FN, il voyage aux Etats-Unis avec Marine Le Pen, mais aussi Guido Lombardi.

>> A lire aussi : «Chez nous»: Catherine Jacob dans un rôle inspiré de Marine Le Pen

Jeudi, Pierre Ceyrac a confirmé à Libération qu’il était bien avec la présidente du FN pour ce voyage édition 2017. « Je me promenais sur la Cinquième avenue quand Marine Le Pen est arrivée près de moi », commence-t-il. Puis il explique: « Je suis retiré de la politique, mais Marine est une amie. Nous avons pris part à des entretiens prévus de longue date : depuis son arrivée, elle a vu une trentaine de personnes ». Mais Pierre Ceyrac n’aura cette fois pas « réussi » à faire rencontrer à la présidente frontiste le président américain.