Etats-Unis: Amazon annonce la création de 100.000 emplois

ECONOMIE Cette annonce intervient au moment où Donald Trump presse les entreprises de développer leurs activités sur le sol américain…

20 Minutes avec AFP

— 

Le logo de l'entreprise Amazon
Le logo de l'entreprise Amazon — Michel spingler/AP/SIPA

C’est une bonne nouvelle pour l’économie américaine. Le géant de la distribution en ligne Amazon a annoncé ce jeudi la création de 100.000 emplois aux Etats-Unis dans les 18 prochains mois. Cette annonce intervient au moment où Donald Trump presse les entreprises de développer leurs activités sur le sol américain.

« Nous voulons ajouter 100.000 "Amazoniens" dans le groupe […] au moment où nous ouvrons de nouveaux centres de stockage et continuons à investir dans des secteurs comme la technologie du cloud [informatique dématérialisée], l’apprentissage des machines et des logistiques avancées », a commenté le PDG du groupe, Jeff Bezos, cité dans un communiqué.

Après Ford, Fiat-Chrysler et Carrier…

Avec cette annonce spectaculaire, le géant américain qui ambitionne de développer les livraisons de produits par drone va considérablement étoffer sa force de travail. Il comptait jusque-là 180.000 salariés aux Etats-Unis et plus de 300.000 sur le globe. Les nouveaux emplois seront à plein-temps et concernent « tous types » de qualification, des ingénieurs aux concepteurs de logiciels en passant par des postes de manutentionnaire, a détaillé le groupe dans son communiqué.

>> A lire aussi : Après Ford et General Motors, Trump menace Toyota de représailles

Après Ford, Fiat-Chrysler et Carrier, cette annonce vient grossir la liste des entreprises qui ont annoncé des investissements aux Etats-Unis depuis la victoire de Donald Trump, élu sur la promesse de ramener des emplois sur le sol américain.

Une volte-face du PDG d’Amazon Jeff Bezos

Pendant la campagne pour la Maison Blanche, le PDG d’Amazon Jeff Bezos, par ailleurs patron du Washington Post qu’il a racheté en 2013, avait eu des échanges très tendus avec le candidat républicain et magnat de l’immobilier. Il avait ainsi émis l’idée de se débarrasser de Donald Trump en lui réservant une place dans la fusée d’une autre de ses sociétés, Blue Origin.

Deux jours après la victoire électorale de Trump le 8 novembre, le patron d’Amazon avait toutefois spectaculairement changé de ton en adressant ses « félicitations » au président élu. « Je […] lui souhaite personnellement le plus grand succès au service du pays », avait-il écrit sur Twitter.