Bush a un plan contre la crise des « subprimes »

Mélanie Duwat - ©2007 20 minutes

— 

Le président américain, George W. Bush, a annoncé hier un plan de soutien aux ménages menacés par la hausse des taux d'intérêt, qui a démarré cet été. Principale mesure, qui pourrait bénéficier à plus d'un million de propriétaires : les personnes qui n'ont pas accumulé plus de deux mois de retard dans le paiement de leur crédit verront leurs taux gelés les cinq prochaines années.

Il était temps d'agir. Selon les prévisionnistes, la crise avait toutes les chances de s'aggraver en 2008. Dans l'incapacité de payer leurs traites, près d'un million et demi de ménages auraient pu voir à leur tour leurs maisons saisies par les créanciers. Soit un « dépôt de bilan » généralisé, susceptible de plonger dans la récession l'ensemble de l'économie américaine, déjà mise à mal par la faiblesse du dollar et la flambée du prix du pétrole.

Bush a dû âprement négocier pour obtenir des lobbyistes du secteur du crédit ce gel de cinq ans. Mais la mesure ne devrait pas porter atteinte à sa cote de popularité. Au contraire. Après la guerre en Irak, il semble que la crise des « subprimes », qui a déjà mis à mal des milliers d'Américains, s'impose comme un thème majeur de la campagne présidentielle 2008. Un récent sondage Gallup cité par le quotidien Los Angeles Times montre que 78 % d'entre eux s'inquiètent pour l'état de leur économie, dont ils jugent qu'elle s'aggrave. Et alors que les modalités du plan avaient fait l'objet de larges fuites dans la presse américaine mercredi, la candidate démocrate à la présidentielle Hillary Clinton a déploré que le gel concerne « un groupe très limité d'emprunteurs ».