UE et Afrique se retrouvent au sommet

Faustine Vincent - ©2007 20 minutes

— 

L'Union européenne et l'Afrique vont dialoguer ce week-end à Lisbonne lors d'un sommet, le premier du genre depuis sept ans. Objectif : établir un partenariat entre les deux continents. Il sera question de la gouvernance et des droits humains, de la paix et la sécurité, des migrations, de l'emploi ou encore du changement climatique. Concrètement, que peut-on en attendre ? « Pas grand-chose », lâche Philippe Moreau Defarges, chercheur à l'Institut français de relations internationales (Ifri) et coauteur du rapport Ramsès. « Du côté européen comme du côté africain, on est dans l'embarras, poursuit-il. La première préoccupation de l'UE, c'est l'immigration. L'Afrique, elle, est ambivalente. Car elle est d'accord pour la contrôler mais n'a pas les moyens de le faire. »

Plus optimiste, Roland Marchal, chercheur à l'Ifri, se félicite que « pour la première fois, l'UE va définir une stratégie pour l'Afrique en ayant consulté les pouvoirs officiels africains et la société civile. Cela rompt avec l'arrogance de l'UE vis-à-vis de l'Afrique. » Encore faut-il aller « au-delà des déclarations d'intention », remarque Marchal, sceptique sur l'équité d'un partenariat économique, autre volet majeur du sommet. L'Afrique représente 9 % des importations de l'UE et 8 % de ses exportations. Un commerce « marginal » pour l'Europe et « déséquilibré », observe Philippe Moreau Defarges. Mais l'UE espère aussi et surtout que ce partenariat permettra de contrer l'influence croissante de la Chine en Afrique.