VIDEO. Conférence de presse: Le journaliste de CNN, étrillé par Trump, raconte qu’il a failli «être jeté dehors»

ETATS-UNIS Le président américain a refusé de donner la parole au reporter de la chaîne d’information, l’accusant de diffuser « de fausses informations »…

H. B.

— 

Donald Trump lors de sa première conférence de presse depuis son élection, le 11 janvier 2017.
Donald Trump lors de sa première conférence de presse depuis son élection, le 11 janvier 2017. — AFP

Première conférence de presse pour Donald Trump, et déjà, premier clash avec un journaliste. Le président américain a volé dans les plumes d’un reporter de CNN, à qui il a refusé d’accorder une question. Lorsque le journaliste de la chaîne d’information, Jim Acosta, a tenté ce mercredi de prendre la parole, le président lui a refusé à plusieurs reprises en lui ordonnant de se taire. « Non, je ne vous accorderai pas de question. Vous êtes les fausses informations ! », lui a lancé  Donald Trump.

CNN avait relayé ce mardi des informations du site Buzzfeed sur d’éventuels liens secrets entre Donald Trump et Moscou, ce que l’entourage du président américain a démenti.

«On m'a dit que si je continuais, je serais jeté dehors »

« Puisque vous nous attaquez, laissez-nous vous poser une question. Puisque vous attaquez notre média, donnez-nous la possibilité ? », lui alors répondu Jim Acosta. Trump a refusé d’écouter sa question, passant la parole à une autre journaliste : « Pas vous, votre média est horrible », a ajouté le président américain, lui demandant à plusieurs reprises de se taire.

>> A lire aussi : Donald Trump aurait payé des acteurs pour l'applaudir à sa conférence de presse

Quelques heures après, Jim Accosta est revenu sur cet échange musclé. « Au début de la conférence presse, Donald Trump m’a indiqué qu’il ne me donnerait pas la parole, ni à moi, ni à personne de CNN […] Lorsque j’ai demandé si je pouvais de nouveau poser une question, une attachée de presse est venue me voir pour me dire que si je continuais, je serais jeté dehors », a expliqué Jim Acosta.

Sur Twitter, le reporter s’est à nouveau indigné de la manière dont il a été traité. « […] Vous savez que vous avez menacé de me virer de cette conférence de presse si je posais une autre question #vraiesinformations. J’ai couvert quatre campagnes présidentielles. Démocrates comme républicaines. Cela n’était jamais arrivé. Calmons-nous, trouvons un moyen de travailler ensemble. »