Syrie: Deux responsables de l'EI tués dans une opération au sol américaine dimanche

RAID Le raid a été mené par l’unité américaine de forces spéciales chargées de traquer les chefs djihadistes en Irak et en Syrie (ETF, expeditionary targeting force)...

20 Minutes avec AFP

— 

Des soldats américains déployés en Irak le 26 janvier 2016
Des soldats américains déployés en Irak le 26 janvier 2016 — AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Ce type d’opération est rare. Un commando américain a mené un raid au sol dimanche près de Deir Ezzor, en Syrie, et tué deux responsables intermédiaires de l’organisation de l’Etat islamique (EI), a indiqué mardi un responsable de la Défense.

L’un d’eux, Abou Anas al-Iraqi, était la cible du raid, a indiqué la source, et l’autre « est devenu une cible au cours du déroulement de l’opération », a indiqué le responsable américain, qui ne l’a pas identifié.

Un raid mené sur « une route isolée »

Comme le Pentagone la veille, le responsable américain a démenti le bilan de 25 djihadistes tués, avancé par des sources locales syriennes.

>> A lire aussi : Un cadre de Daesh tué en Syrie

L’attaque américaine s’est déroulée « sur une route isolée, il n’y avait personne autour », a affirmé cette source.

Le raid a été mené par l’unité américaine de forces spéciales chargées de traquer les chefs djihadistes en Irak et  Syrie (ETF, expeditionary targeting force).

Des renseignements en vue de futures opérations

Selon les militaires, le but de ce genre de raid n’était pas seulement d’éliminer des djihadistes, il est aussi de recueillir du renseignement pour mener ensuite de futures opérations.

En mai 2015, un raid des forces spéciales américaines en Syrie visant Abou Sayyaf, considéré comme l’un des principaux responsables financiers de l’EI, avait permis aux soldats américains de mettre la main sur de nombreux documents ou outils informatiques.

>> A lire aussi : Opérations « homo » : En quoi consistent ces exécutions ciblées ?

Ceux-ci avaient livré une moisson d’informations pour les renseignements américains, augmentant considérablement leur compréhension de l’organisation interne du groupe djihadiste.

Abou Sayyaf avait été tué dans l’opération, mais sa femme avait été capturée et avait également livré des informations.