Hamza, le fils préféré d’Oussama Ben Laden, est désormais inscrit sur la liste noire des Etats-Unis

ANTITERRORISME Agé d’une vingtaine d’années, Hamza Ben Laden aurait appelé, en 2015, à des attaques contre les intérêts américains…

V.V. avec AFP

— 

Hamza ben Laden, le fils de Oussama ben Laden, le 7 novembre 2001.
Hamza ben Laden, le fils de Oussama ben Laden, le 7 novembre 2001. — AL-JAZEERA / AFP

Son visage juvénile est apparu aux yeux du monde entier en 2001 au détour d’une vidéo où il était entouré de djihadistes afghans. Agé d’une vingtaine d’années, Hamza Ben Laden, considéré comme le « fils préféré » de l’ancien leader d’Al-Qaïda, a été placé, ce jeudi, sur la liste noire antiterroriste par les Etats-Unis.

>> Portrait: Qui est Hamza, le fils préféré d’Oussama Ben Laden

La décision de Washington déclenche automatiquement des sanctions juridiques et financières contre l’intéressé. Elle n’est surtout pas due au hasard. Brûlant de devenir djihadiste, Hamza écrivait à son père reclus au Pakistan avant qu’il ne soit tué par un commando américain en mai 2011. Il lui disait notamment sa volonté de rejoindre le combat, selon des documents déclassifiés de la CIA et qui ont été consultés par l’Agence France Presse en 2015.

Avec le conflit en Syrie, « il n’y a plus d’excuse »

Une volonté qui a été réitérée de façon plus formelle en 2015 et 2016. D’après la diplomatie américaine, Hamza Ben Laden avait appelé en 2015 à des attaques contre des « intérêts américains, français et israéliens à Washington, Paris et Tel-Aviv ».

>> A lire aussi : Hamza Ben Laden appelle les djihadistes en Syrie à s'unir

En 2016, c’est au sujet du conflit syrien qu’il s’est exprimé dans un message audio diffusé sur Internet. Appelant les djihadistes en Syrie à unir les rangs, il estimait que la lutte ouvrait la voie « à la libération de la Palestine. « Il n’y a plus d’excuses pour ceux qui persistent à vouloir la division et les disputes, maintenant que le monde entier s’est mobilisé contre les musulmans. »