Irak: 2017 sera «une année de victoire contre le terrorisme», prédit Hollande à Bagdad

VISITE Le président français, qui a atterri un peu avant 5 h 30 heure de Paris à Bagdad ce lundi, était déjà venu en Irak en septembre 2014...

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande et Jean-Yves Le Drian s'adressent aux soldats français du centre de formation des forces antiterroristes irakiennes, le 2 janvier 2017 à Bagdad.
François Hollande et Jean-Yves Le Drian s'adressent aux soldats français du centre de formation des forces antiterroristes irakiennes, le 2 janvier 2017 à Bagdad. — AFP

Il l’avait annoncé samedi soir, lors de ses vœux aux Français : François Hollande est arrivé ce lundi en Irak, en pleine offensive contre l’organisation de l’Etat islamique (EI). Le président, qui a atterri un peu avant 5h30 de Paris à Bagdad, était déjà venu en Irak en septembre 2014. Il reste à ce jour le seul dirigeant majeur de la coalition anti-EI, dirigée par les Etats-Unis, à s’être rendu en Irak depuis le lancement de cette action internationale il y a deux ans et demi.

>> A lire aussi : Revivez les vœux de François Hollande

Combattre l’EI en Irak, « c’est prévenir le terrorisme sur notre sol », avait-il déclaré samedi.

La bataille de Mossoul pourrait s’achever « avant l’été »

Peu après son arrivée, François Hollande a prédit ce lundi que 2017 sera « une année de victoire contre le terrorisme ».

La bataille que livrent les forces irakiennes et la coalition internationale pour reprendre Mossoul au groupe Etat islamique (EI) pourrait s’achever « avant l’été », a également déclaré dans l’après-midi le président français. « Nous n’en avons pas fini (des djihadistes), il y a Mossoul. Il nous a été confirmé que nous pourrions atteindre cet objectif, autant qu’il sera possible, au printemps, en tout cas avant l’été », a déclaré le chef de l’Etat français depuis le Kurdistan irakien, dernière étape de son déplacement consacré principalement à la lutte contre l’EI qui occupe Mossoul depuis juin 2014.

« Chef de guerre »

Lors de sa précédente visite, en 2014, le chef de l’Etat avait annoncé un soutien militaire accru de la France – deuxième contributeur de la coalition – aux forces irakiennes après une série de gains territoriaux majeurs de l’EI.

Le président, qui a engagé les armées françaises dans la lutte antiterroriste depuis 2012, poursuit avec cette visite un quinquennat inédit de « chef de guerre » au plus près des opérations. En février 2013, accueilli en libérateur par les Maliens, François Hollande avait alors lancé : « Je vis la journée la plus importante de ma vie politique ».

Quatre ans plus tard, les opérations antidjihadistes sont loin d’être terminées, y compris au Mali, et l’EI résiste même s’il ne tient plus que la moitié du territoire dont il s’était emparé en 2014 en Irak et Syrie. « Nous n’en avons pas terminé avec le fléau du terrorisme » qu’il « nous faudra continuer à combattre », a d’ailleurs averti samedi le chef des armées dans ses derniers vœux du Nouvel An.