Suisse: Le gouvernement envisage une loi pour limiter la souffrance des homards

ANIMAUX Transporter les crustacés vivants dans la glace et les plonger dans l'eau de cuisson bouillante pourrait bientôt être interdit dans la confédération...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration de homards.
Illustration de homards. — Geoffrey Swaine/Shutter/SIPA

La question peut se poser en ces temps de réveillon. Les législateurs suisses, sensibles au sort réservé aux homards lors de leur transport et de leur mort, travaillent actuellement sur un projet de loi visant à limiter les souffrances de l'animal.

L'obligation d'assommer le crustacé

Ainsi, l'ordonnance qui est en consultation jusqu'à février 2017 prévoit l'obligation d'assommer le crustacé avant de le plonger dans l'eau bouillante. Mais aussi l'interdiction de transporter les homards vivants dans de la glace, qui devra être remplacée par des caisses réfrigérées dans lesquelles les décapodes seront séparés et plus les uns sur les autres.

Du côté de certains cuisiniers, le projet est accueilli avec scepticisme. « Nous sommes parfaitement conscients de l'importance de bien traiter les animaux », assure Richard Terrochaire, chef d'un restaurant de Genève (Suisse). Le professionnel estime malgré tout dans Le Temps que « l'eau bouillante, c'est toujours mieux que de planter un couteau dans la tête ».

Pour une interdiction totale de l'importation

Pour certains activistes, les mesures prévues par l'ordonnance ne sont pas suffisantes car seule une interdiction totale de l'importation et de la vente en Suisse de homards vivants garantirait le bien-être des animaux.

« Ils souffrent le martyre, car ces crustacés solitaires disposent d'un système nerveux complexe et sont sensibles à la douleur », explique ainsi la conseillère nationale écologiste Maya Graf, qui ne devrait donc pas déguster un homard samedi soir.