L'institutrice britannique emprisonnée au Soudan pour insulte à l'islam a été graciée

Faustine Vincent - ©2007 20 minutes

— 

Londres respire. L'institutrice britannique emprisonnée au Soudan pour avoir permis à ses élèves de surnommer « Mahomet » un ours en peluche, a été graciée et libérée hier. Gillian Gibbons, originaire de Liverpool, avait été condamnée à quinze jours de prison et à une expulsion la semaine dernière pour insulte à l'islam. Mais la Grande-Bretagne a fait pression ce week-end sur Khartoum pour obtenir une relaxe. Avec succès. Le président soudanais, Omar al-Béchir, a accepté de gracier l'institutrice. Un choix stratégique à l'heure où le Soudan est dans la ligne de mire de la communauté internationale pour son obstruction au déploiement d'une force de maintien de la paix dans la région soudanaise du Darfour, en proie à la guerre civile.

La décision d'Al-Béchir n'est pas du goût des extrémistes musulmans. Une cinquantaine de personnes ont protesté hier à Khartoum. Vendredi, ils étaient des centaines à manifester contre la peine de quinze jours de prison, jugée trop faible. Selon la loi soudanaise, l'institutrice, âgée de 54 ans, était passible de six mois de prison, quarante coups de fouet et une amende.