Retour de l’aide après des années d’austérité

© 20 minutes

— 

De 1993 à 2000, les gouvernements français, de droite comme de gauche, ont sacrifié l’APD. « Nous avons prêté moins d’argent pour éviter le surendettement de ces pays, explique-t-on au Quai d’Orsay. Et diminué le nombre d’agents sur le terrain, pour des questions d’argent, mais aussi parce que c’était contre-productif » : ils se substituaient au personnel local. Désormais, « l’aide est relégitimée. Avec les “objectifs du millénaire”, de nouvelles méthodes ont été mises en place ». Au Niger par exemple, les bailleurs de fonds, en accord avec la Banque mondiale, travaillent sur la politique éducative. « Le but, explique un spécialiste du dossier, est d’agir sur le système (création d’écoles, travail sur les programmes, formation...), afin d’aller vite et fort. »

objectifs Réunis en septembre 2000 à l’ONU, les dirigeants du monde entier ont fixé un ensemble d’objectifs mesurables et assortis de délais pour lutter contre la pauvreté, la faim, la maladie, la dégradation de l’environnement, l’analphabétisme et la discrimination à l’égard des femmes. On les appelle les « objectifs du millénaire pour le développement ».