Le pape François demande «que les armes se taisent» en Syrie

VATICAN Le pape a appelé à la fin de la guerre en Syrie et à une «nouvelle page de l'histoire» israélo-palestinienne, lors de son message de Noël «Urbi et orbi»...

20 Minutes avec AFP

— 

Le pape François le 24 décembre 2016 lors de la messe de Noël au Vatican.
Le pape François le 24 décembre 2016 lors de la messe de Noël au Vatican. — Grzegorz Galazka/SIPA

« Il est temps que les armes se taisent définitivement et que la communauté internationale s’emploie activement pour qu’on arrive à une solution négociée » en Syrie, a déclaré ce dimanche au Vatican le pape François, chef spirituel de 1,2 milliard de catholiques, lors de son traditionnel message du 25 décembre « Urbi et orbi ».

Dans ce pays, où le régime syrien soutenu par la Russie vient de reprendre par la force le contrôle d’Alep, « trop de sang a été versé », a souligné le souverain pontife à propos du conflit vieux de plus de cinq ans. « Surtout dans la ville d’Alep, théâtre ces dernières semaines d’une des batailles les plus atroces, il est plus que jamais urgent qu’assistance et réconfort soient garantis à la population civile à bout de forces, en respectant le droit humanitaire ».

« Qu’Israéliens et Palestiniens aient le courage d’écrire une nouvelle page de l’histoire »

Devant des dizaines de milliers de fidèles rassemblés sur la place Saint-Pierre de Rome, le pape argentin, 80 ans, a aussi lors de son message « Urbi et orbi » (« à la ville et au monde ») espéré « la paix » en Terre Sainte. « Qu’Israéliens et Palestiniens aient le courage et la détermination d’écrire une nouvelle page de l’histoire, où haine et vengeance cèdent la place à la volonté de construire ensemble un avenir de compréhension réciproque et d’harmonie », a-t-il ajouté.

Le souverain pontife a également appelé à une « concorde retrouvée » en Irak, Libye et au Yémen, « où les populations pâtissent de la guerre et d’atroces actions terroristes ». « Paix aux hommes et aux femmes des différentes régions de l’Afrique, particulièrement au Nigéria, où le terrorisme fondamentaliste exploite aussi les enfants pour perpétrer horreur et mort », a aussi dénoncé le pontife argentin.

« Cette mondanité a pris Noël en otage ! »

François a enfin souhaité « la paix » à tous ceux qui ont « perdu un être cher à cause d’actes terroristes », alors qu’un attentat au camion-bélier a fait douze morts le 19 décembre sur un marché de Noël de Berlin. « Paix à qui a perdu un être cher à cause d’actes atroces de terrorisme, qui ont semé peur et mort au coeur de tant de pays et de villes », a déclaré le pape.

Samedi soir, à l’occasion de l’homélie de Noël, le pape avait lancé devant 10.000 personnes une pique à la frénésie consumériste qui s’empare de l’Occident en cette période de l’année. « Cette mondanité a pris Noël en otage ! », s’est-il exclamé, en critiquant ceux qui se donnent « du mal pour les cadeaux » en restant « insensibles à celui qui est exclu ».