Attentat à Berlin: Anis Amri a payé ses billets de train Lyon-Chambéry-Milan en liquide

TERRORISME Son passage en France ne fait plus aucun doute…

20 Minutes avec AFP

— 

Le suspect de l'attentat de Berlin Anis Amri abattu par la police à Milan en Italie, le 23 décembre 2016.
Le suspect de l'attentat de Berlin Anis Amri abattu par la police à Milan en Italie, le 23 décembre 2016. — AFP

Les policiers italiens qui l'ont abattu ont retrouvé la trace de ses achats sur lui. Des billets de train pour un trajet Lyon-Chambéry-Milan, retrouvés en Italie sur Anis Amri, l’auteur présumé de l’attentat de Berlin, ont en effet été achetés en liquide, a-t-on appris ce samedi de source proche de l’enquête, confirmant une information d’Europe 1.

>> A lire aussi : Que faisait Anis Amri près de Milan?

Selon Europe 1, Anis Amri est passé par Lyon, par la gare de Lyon Part-Dieu, d’où il a pris le train pour Chambéry, jeudi. « Une fois là-bas, il a acheté un autre billet à destination de Milan via Turin, en liquide, en TGV », avec un départ de Chambéry à 17 h 44 et une arrivé en Italie à 21 h 50, affirme la radio.

Au moins un des billets du trajet Lyon-Chambéry-Milan, via Turin, « a été acheté en liquide en début d’après-midi » le jeudi, a confirmé à l’AFP une source proche de l’enquête, sans confirmer la présence ou non d’Amri dans les deux gares française.

Amri a bien transité par la France 

Les vidéos des caméras de surveillance, notamment des gares de Lyon Part-Dieu et Chambéry, sont en cours d’exploitation par la police judiciaire, afin d’avoir la preuve que le djihadiste a bien transité par la France.

>> A lire aussi : De Berlin à Milan... Le mystérieux parcours d'Anis Amri

« Au moins un des billets servant à une partie du trajet n’a pas fait l’objet d’un compostage », a par ailleurs indiqué la source proche de l’enquête, qui n’était pas en mesure d’indiquer si tous les billets du trajet avaient été compostés.

Les enquêteurs cherchent aussi à savoir par quel moyen de transport l’homme est arrivé à Lyon, train, bus ou voiture, et par où il est passé après avoir pris la fuite après l’attentat à Berlin lundi, pour se retrouver à Milan jeudi.

>> A lire aussi : L'Allemagne à la recherche d'éventuels complices

Anis Amri a été tué dans la nuit de jeudi à vendredi lors d’un contrôle policier « par hasard » à Milan, mettant fin à quatre jours de chasse à l’homme à travers l’Europe. Il est accusé d’avoir tué douze personnes et blessé des dizaines d’autres lundi à Berlin sur un marché de Noël, un attentat revendiqué par l’organisation Etat islamique.